Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La ptiète histouère dla smaiñe

20 Août 2013 , Rédigé par Eric Condette Publié dans #Textes

La ptiète histouère dla smaiñe

Une autre petite histoire adaptée en patois de Trivy.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

michel lapalus 21/08/2013 18:51

A Trambyi, i dian des Sanpiârris
" Sanpiârris, yape cailli,mandzan de la marde à pyins panis"
A San Piârre, i dian des Trambyirons
"Trambyirons, quoue de cotson; mandzan de la marde à pyins teulons

Treuvijaud la langue nère....y éto la langue du Tseu pardi....y avin pris de l'avnce!!

Marité 21/08/2013 17:45

Eusse perchoir y l'a bon dos !!! Chés ces glaines qui doivent êtes bénaises :-)
Quand à l'femme c'est t'y un reproche ou une constatation ???
GROS BECS

Olivier de Vaux 21/08/2013 17:59

Bonjour Marité,
C'est ni un reproche ni une constatation, c'est un soulagement ! Hi, hi !

Eric Condette 20/08/2013 19:50

Bié l'bondzo l'Olivier,
Les villageois de nos communes rurales aiment bien donner des sobriquets rigolos aux habitants des villages environnants: "Treuvijaud la langue nère" en est un exemple; est-ce que c'est à cause des "meûrons" ou d'un goût prononcé pour le jus de la treille, (parmi d'autres explications plus hasardeuses concernant, entre autres, la particularité soit-disant "moricaude" de leur patois), je crois qu'on ne le saura jamais.
Un autre exemple: pour les habitants de la Chapelle du Mont de France on dit: "Tsaplis, mandzous d'cailli à pyens panis".
Pour Beaubery, on a "Beaubery la potse" (la louche), est-ce à dire que les habitants de ces deux commune ont la réputation d'avoir bon appétit... qui sait?
Pour Sivignon, à ma connaissance, on ne dit rien de spécial. Peut-être cela vient-il du fait que ses habitants sont des gens si irréprochables et parfaits qu'il serait vain de vouloir les mettre en boîte :-)
Au fait, tu ne m'as pas dit comment c'était passé ton entretient de "sañmadi", intéressant? fructueux?

Olivier de Vaux 20/08/2013 18:00

Dz'ai aiju l'occajon d'nouter eune esprechon d'Treuvy samdi derri, mas peursonne a pouyu m'dère d'quoî qu'alle venot : y'a ti quéqu'un que l'saurot, un cop ? :

Treuvijaud la langue nère.

L'Eric va bin nos dère que çhtés qu'causant l'franco-provençal is causant la langue nère, acré vain diou d'moricauds !
L'Mitsi va nos dère qu'y a des meûrons peurtot à Treuvy !
Ma, dz' sus bin intrigué, seulment, dz'ai point d'idée, dz'doune ma langue au tsat !