Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

L'crâ apeu le rnâ

21 Mai 2015 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Textes

L'crâ apeu le rnâ

Ce 195ème article en deux ans sera le dernier avant la mise en sommeil du présent blog dont l'url va changer d'ici quelques jours. Les commentaires seront fermés. Mais rien n'est jamais bien sûr et il n'est pas exclu que quelques billets viennent encore enrichir le blog, au gré des envies des rédacteurs.

Nouvelle adresse : patois-charolais-brionnais.over-blog.com

L’CRÂ APEU LE RNÂ

Cment Tiéçlin l’crâ a pris un freumâdze à la vièlle, apeu cment Rnâ l’a pris à Tiéçlin.

 

Adaptachon en tseu p’le Cardzot d’Seuvgnon d’eùn épijode du Roman de Renart.

 

 

Dans/eune grande pâteûre de boquets dzaunes bornòyie p’deux monts pentus, arroujie p’eune iau cllaire, Rnâ, un dzo, avisa d’l’aute coûté du riau, un fòyâ à l’écâ des tsmins, au pîd du grapllon. Ô saute le reu, s’appreutse de l’âbre, peuche doux-quate cops autor du tronc apeu s’gauvoiñne tot son saoûl dans l’hèrbe drue en boffant, pe bié s’rafraîtsi. Tot dans çt endrot lu pllaisot ; quand dz’dis tot, dz’freuille atsopchon vu qu’ô chintot les peurmis agùillons d’la faim, apeu ô woyot pas trop cment ô pourrot s’remplli la beuille.

Du temps qu’ô ballot su ç’qu’ô dvot faire, Maîte Tiéçlin, le crâ, sortot du bôs d’à coûté, virondot dans la boudeur de l’air, apeu s’pousot su un pllessis qu'chimbot lu promette quitsouze de bon à mandzi. Là, y-z-y avot pllein d’ freumâdzes qu’étint à l’affilée, p’les seutsi au grand air. La commise d’la feurme étot rentrée p’un moment dans la maijon, Tiéçlin que pidot, piqua dssus les freumâdzes, aggripa l’pus biau apeu s’envoûla quand la vièlle sortot.

- "Ah ! mon biau mocheu, y’est pas peur vos qu’is seutsant mes freumâdzes" ! 

En djant çan la vièlle feunne lu roûtsot  des piârres.

- "Couje-te, couje-te don la vièlle, quand i faudra qu’te djas qui qu’la pris, te diras : y’est ma, y’est ma, vu qu’y est la mauwaise gârde que neurrit l’loup".

Tieçlin vironda eune cosse dans l'cié apeu ôl alla s’pertsi su l’fòyâ que catsot Rnâ qu’étot à l’abrondie. I’étint bin tot prés l’un d’l’aute, mâs i’étint pas lodzis à la miñme enseugne. Tiéçlin s’en rlatsot vu qu’ôl y aiñmot tant ; Rnâ, pareillement tsat du freumâdze apeu de çhtu qu’le tnot, les agadot sans pouya les aponde. L’freumâdze amâti s’prêtot bié és cops d’beuc : Tiéçlin en piotsot des biaux mochaux dzaunes pi tendres ; apeu ô bocqua la crôte quoî qu’un bout l’étsappa apeu tsaya au pîd d’l’âbre. Rnâ lva la tééite apeu dit à Tiéçlin qu’ô woyot brâment campé, l’freumâdze sarré drechi enteurmi ses pattes :

- "Voui, dz’ai pas la beurlue ; voui, y’est Maîte Tiéçlin. Que l’bon Dieu vos ait en gârde compère, vos, apeu l’âme de voute père, le grand tsanteu ! Y-z-y avot ngun, dans l’temps, que tsantot meux qu’lu dans l’pàys. Vos, si dz’me souvins bin, vos fàyiz arri d’la  mujique : i m’chimbe miñme que vos ez appris à dzuer d’l’orgue ?  Du cop, vu que dz’ai l’pllaisi d’vos rencontrer, vos vez bin m’tsanter quitsouze".

Ç’qu’ôl entendot, Tiéçlin, y’étot cment du mî, vu qu’ô s’peurnot p’un grand artisse. Ôl euvre don so grand beuc apeu ô pousse un cri bié allondzi.

- "Y’est-ti çan, Maîte Rnâ" ?

- "Voui, y’est putôt bié, mâs, si vos voliiz, vos monteriiz enco pllus haut".

- "Acoutez m’don çtu cop ! "

- "Vos ez eune brave voix mâs y’est pas encô çan qu’est çan, vos mandzez trop d’calas . Y-z-y fait ren, essayiz encô".

L’aute, que voudrot ééite un grand tsanteu s’démeune cment un biau djâbe, ô se rmue l'gargòillon bié profond, du cop ô rlâtse ses onglles apeu ses dagts que rtenint sa proie.  L'freumâdze tset  quasiment enteurmi les pattes du Rnâ. L’galafron gueurdale de pllaisi mâs, ô se rtint, des cops qu’ô pourrot mandzi l’freumâdze apeu l’peuteriat tsanteu.

- "Ah ! Dieu", qu’ô dit en fàyant cment si ô pouyot pas s’mette su ses pattes, "la mijère du monde est pas tote sos les cueurdes ! Vlà-ti pas que dz’poux pus boudzi, tant mon dzneu m’fait mau ; apeu çte freumâdze que vint d’tsère m’emboconne cment y’est pas possiblle". "Y-z-y a ren d’pire que çan p’les nâvrures d'mes dzambes ; le rgognou m’y avot bin dit : le freumâdze, y’est d’la poison peur ma. Envnez-vous, Maîte Tiéçlin, ôtez m’don çte peutfeunnerie. Dz’vous y dmandros pas si dz’m’étos pas fait treuilli la dzambe dans un maudit pièdze, vlà tras dzos, pas bié loin d’itié. Faut que dze dmeure à çte piéce dzusqu’à tant qu’eune bonne empllâtre veunne me racoquilli".

Cment qu’nos pout s’méfii de si brâves parôles apeu de totes çtés grimaces de soffrance ? Tiéçlin étot enco tot faraud vu qu’ôl awot tsanté cment dzamais ç’tu dzo, ôl a descendu d’l’âbre mâs quand ôl a été à bas, à coûté du Rnâ, ôl a cmenchi à s’méfii. Ôl avancha atsopchon, ll’yeu au guet, en s’traîñnant su l’croupion.

- "Mon Dieu, fàyez don vitement ; vos ez ren à crainde de ma que dz’sus qu’un pourre stropiâ" ! Tiéçlin s’appreutsa encô, mâs Rnâ, gueule tsaude, se routsa su lu apeu l'manqua, ôl avot renque doux-quate plleumes dans la gueule.

- "Ah ! traîte, dze dvos bin m’y attende ! Dz’en sus pe quate de mes pus biaux cornets ; mâs y’est bin tot ç’que vos arez, maudit/arcandier" ! Tiéçlin qu'avot rétsappé s'étot dzutsi su eune grosse brintse.

Rnâ a eu biau dère dit qu’y étot maugré lu, qu’ôl avot éju un foutu blet dans la dzambe, l'crâ l’a pas acouté :

- "T’poux bin garder l’freumâdze, mâs t’aras pas ma piau. Plleure, grémante tot ton saoûl, y’est pas ma que vindra t’soigni, t’poux bin peutfener drot-là" !

- "Fous me l’camp, vilain cuigneu, ûjeau d’la mô !" 

Tiéçlin s'est/envoûlé sans dmander so rééiste tandis que Rnâ s'est attraublli.

- "Vain diou, vlà un freumâdze qu’ôl est bon, y’est l’bon rmède pe mes ptiètes misères".

Quand ôl a éju fini d’marander, ô s'est bié porlètsi, ôl a pchi un ptiet cop conte l'fòyâ apeu ô s’est rentorné tot gaillard p’le tsmin des bôs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article