Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La peau de l'ours en V.O. (patois de Vaurenard dans le Beaujolais)

26 Décembre 2014 , Rédigé par Eric Condette Publié dans #Textes

La peau de l'ours en V.O. (patois de Vaurenard dans le Beaujolais)

Voici la version originale de la petite histoire intitulée "La piau de l'ours" recueillie au début du siècle dernier par Emile Violet, et dont j'avais donné une adaptation (avec sa traduction) voici peu.

____________________________________

On raconte qu'autrefò, on dżou y est veni des comédiens que féseint và eun'ours et pi on lion, y éteut quemeint ne ménadżerie. On n'aveut jamais rê viu de se biau dé la commune, tout le monde veneut vô travailler celés dués bêt'férôces êfremou dé yieu cadżes; on bàyeut pre çê cinq sous.
L'houmme que les faiseut va, on matin aveut trouvo l'ours crevo dé sa cadże. Bien éneuyé u ne
saveut quemê le rèplésser ... Enfin on matin al aveut embauché sè ré doere à pressounne on mandrin que pôsseut et pi u l'aveut koeusu dé la pllyiau ecortçée de l'ours.
-Térôs quarante sous pe dżour quemê conveni, que l'y a det le patron : saute, dèsse, gule fort, fait tout ce que te vudrôs mais ne piôye pôs, y est défèdu, rappoele t'è biê.
Vet'ià n'te n'houmme que quemmèce son nouviau métier. Al a dabour àyu appris à heurlo, y
sèbleut une vraie bét', u dèsseut èri tout de pointe quemè les ours. Les galopins de côeups l'y
pequeint le deri ès catsoete avoui on bôton pointu; cè t'ié y n'y émeut pôs troup, pretê u ne disait rê pusqu'y ne deveut pôs pieuyer.
Mais y aveut seurtout une tsuze que ne le plaiseut pôs : y est qu'audessus de sò, è hiaut de sa
niche, y aveut l'autre cadże, coele du lion.
Al l'étédeut alla et veni, se retorneu è riond, sekeure les barriaux, sauta se fôrt que le plètssé u dessus de sa tête grougneut et plèyeut.
On dżour que le tè éteut à l'aoradże, que les tavés pequeint celoe sôle bête de lion, vt'iâ que ce que n'tre n'ours aveut pôeu est arrevé -l'autre avait tê fat, tê sauto et gûlé é quatre coins de la cadże d'en n'haut que tout pr'on côeup al a pôsso tout drè à travars le mauvais plètssé éboula et pi qu'al a tssa dans la cadże de cl’ours que n'en éteut pôs ion.
Y ne faut pôs demèdo si çu peuvre houmme o yiu pôyeu! U se vaésoe dédża dévoura peu la bête en coulère qu'aveut une grède crinière, une grède kuée et pis de dès greusses quemê le pouce.
Apeuro, tout grelouttè, accula dé le coin de la cadże, vet'ià qu'u vàye veni coelle bête pharamoene su sò ... Sê plus savò ce qu'u fait, u se laisse tssaire à dżenôeux et pis sò que ne pllyôyeut pleu depi dże ne sés combin de dżours, se mit à crier de toutes ses forces : - Ne me dévouri pôs, ne me dévouri pôs !
Mais qu'a qu'al atê? Ah ! mes amis, y éteut ne voix d'houmme que sorteut de dedê le lion et pi que diseut : Mais ne gule don pôs si fôrt, te vôs nous faire foutre à la pôrte tous le deux!…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

plombier paris 28/12/2014 20:38

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

le m'tse 28/12/2014 11:56

Je ne connais pas le patois de Vauxrenard. Mais, mis à part quelques infinitifs en "a", il ne me parait guère francoprovençal. Logique, puisqu'il n'est pas loin de Monsols et Tramayes où l'on commence à entendre ce "a" qui indique le sud. En plein dans le territoire de transition entre le nord et le sud. Pas mal d'avoir un pied de chaque côté..!

L'Eric 28/12/2014 12:55

C'est tout à fait exact;il s'agit bien aujourd'hui d'un patois de langue d'oïl qui, comme le Charolais-Brionnais, connait les prononciations TS et DZ.
Quant aux infinitifs et participes passés en "a" (comme dans "al a tssa"), ce sont sûrement des reliques du francoprovençal, qui était jadis parlé dans le Mâconnais ainsi que dans le Beaujolais (cf les Noëls Mâconnais du XVIIIème siècles.)