Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La Tsarlotte

12 Novembre 2013 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Textes

La Tsarlotte

Tsapeulle (La) n.p. La Chapelle.

tsaplî, tsaplîre adj. Qui se rapporte à La Chapelle.

tsaplî, tsaplîre n. 1.Chapelier, -ère. 2. Malle ou carton à chapeaux.

Ces trois lignes du dictionnaire du Tseu ont inspiré au Dzouzet d'la Brire une petite histoire. Je lui laisse la parole après avoir déclamé le péan habituel : les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.


Son nom m'étsappe à la Tsarlotte, alle étot d'La Tsapeulle, quoî qu'alle confechoñnot des tsapiaux. Ses kyientes li dmandint totes doux tsapiaux apeu eune tsaplîre p'le prix d'un tsapiau, vu qu'y'étot eune tsaplîre tsaplîre. Sòn homme, y'étot arri un tsaplî mas ôl 'tot pas tsaplî p'autant, ôl 'tot tsaplain, tot l'monde l'applot Tsarlie l'tsaplain !

Cment qu'vos diez ? Y'est pas eune histouère !Vous vez enco dère que dz'travaille du tsapiau, à rveuilli les mots à drette apeu à gautse, sens dvant derri, cment un tsapiau rond. Y risque pas, dz'sus rtraité, dz'travaille pyus, ni du tsapiau, ni d'aute tsouze, ...dz'aros pas l'temps. Le temps qui m'reste y'est çan que compte, apeu le temps qu'y fait. Quand y chimbe la pyou, dz'mets mo béret, quand i fait solei, dz'le mets arri , y m'met au coûte...mas y coûte ! La tsaplîre, quand dz'la vois, dz'me catse derri mo derri béret, vu que dz'lu en dois eune bonne douzaiñne ! Ah nos pout dère que dz'sus obéré d'dettes !

Bié l'bondzo vés vos !

L'Dzouzet d'la Brire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marité 14/11/2013 13:22

Extra cette histoire eud capieu !!! Bravo ch' l'Olivier et GROS BECS !

Marité 15/11/2013 09:52

Ch't'ai répondu chur min blog... Va argarder m'réponse...
Boinne jornèe, hin... Un tiot bec à tes glinnes ch' l'Olivier !

Olivier de Vaux 14/11/2013 19:05

Atsi bié la Marité, y m'fait pyaisi de t'woi itié. Bises frisquettes du Tsârolâs.

L'Eric 12/11/2013 14:24

Un seul commentaire possible: Chapeau l'artiste !

Mas dze sus arri un ption éberluté: dz'aros dzamais crésu qu'un tsaplain pouye ave eune feunne...

Andiamo 13/11/2013 11:08

Merci Olivier pour la traduction , c'est effectivement truculent ];-D

Olivier 12/11/2013 20:04

Y'est seulment dépeu l'onziéme siéke que l'célibat fait partie de la régu'ye de vie du préte sécuyî ; tanque au XIVe siéke le mariâdze étot possibye p'les ordes mineûx (portî, lecteux, ezorcisse, acolyte). Mas, vés nos, tanque au miyeu du XXe siéke nos ans aiju quéques keurés qu'avint eune (au moins) feunne apeu miñme des ptiets ; y'est seûr qu'is s'en vantint pas, mas tot l'monde y savot et quéque part y rasseurot les hommes que vòyint leutées feunnes toudze à l'éyise.

Andiamo 12/11/2013 08:42

J'entrave lapuche mais j'vous r'file brême blanche, pour le gonze qui gamberge ça doit être poilant !
à+

Olivier 12/11/2013 16:59

En effet une petite traduction ne serait pas inutile :

Son nom m'échappe à la Charlotte, elle était de La Chapelle (village voisin de Sivignon), où elle confectionnait des chapeaux. Ses clientes lui demandaient toutes deux chapeaux et un carton à chapeaux pour le prix d'un seul chapeau, étant donné qu'elle était doublement chapelière. Son homme, c'était aussi un habitant de La Chapelle mais il n'était pas chapelier pour autant, il était chapelain, tout le monde l'appelait Charlie l'chaplain !
Comment ? Ce n'est pas une histoire ! Vous allez encore dire que je travaille du chapeau, à remuer les mots dans tous les sens et devant-derrière, comme un chapeau rond. Ça ne risque pas, je suis retraité, je ne travaille plus, ni du chapeau, ni d'autre chose,...je n'aurais pas le temps. Quand le temps est à la pluie, je mets mon béret, quand il y a du soleil, je le mets aussi, ça me met à l'abri (au coûte), mais ça coûte des sous ! La chapelière, quand je la vois je me cache derrière (derri) mon dernier (derri) béret, étant donné que je lui en dois une bonne douzaine ! Ah, on peut dire que je suis obéré de dettes !