Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Une enquête patoise à Tsandon (commune de Trivy)

3 Septembre 2013 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #enquêtes

Une enquête patoise à Tsandon (commune de Trivy)

A 93 ans madame Yvonne Litaudon a toujours bon pied, bon oeil. Elle a bien voulu accepter d'évoquer quelques souvenirs du Trivy d'autrefois. La conversation s'est déroulée dans un patois assez francisé mais nous avons pu apprécier quelques perles et constater que les conjugaisons sont encore bien vivantes, encore que plus ou moins maltraitées : "Si vous voyot c'qu'y chimbe !" ou encore "dès qu'nous est arrivé".

Parmi les perles j'ai relevé : "dze chouchos" (je soufflais ; on trouve le verbe chouchi à Matour), "Treuvijaud langue nère", expression dont le sens échappait aux personnes présentes.

D'autres verbes et expressions ont été utilisés durant la conversation, j'ai relevé :

  • "campner" (travailler, s'occuper à quelque chose), verbe dont je ne trouve pas trace ailleurs pour l'instant.

  • "dzuer du poivre" ou, plus trivial, "tsî du poivre", signifiant s'enfuir lâchement, abandonner un ami en difficulté. Il s'agit d'une expression argotique relevée depuis le début du XIXe siècle.

  • "Quand nos a point d'tsîre, nos cratse à bas a peu nos s'chite dessus", expression signifiant que faut de moyens, on se débrouille comme on peut, qui peut être rapprochée de "se chiter à cul pyat", s'asseoir par terre faute de siège.

  • "Alle nous a dzué un pîd d'bitse", variante de l'argot "jouer un pied de cochon", partir sans payer, laisser le plus désargenté payer l'addition, ou plus simplement poser un lapin.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

electricien paris 25/03/2015 17:09

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

Olivier 20/09/2013 16:30

Campner : Il s'agit peut-être d'une déformation de clampiner (fainéanter, paresser) clampin (fainéant, paresseux) qui vient de l'ancien français clopin (boiteux).

Auboeuf François 08/09/2013 14:29

Bien vu pour avoir rencontrer la"Vonne": personnage qui a marqué mon enfance, de même que le "Lucien" son mari meunier.

Olivier 09/09/2013 08:27

J'aurais bien voulu la mener sur le terrain de la meunerie mais l'interview a pris une autre tournure. Dommage !

Olivier de Vaux 04/09/2013 15:41

Je suppose que nombre de vieilles expressions s'altèrent avant de disparaître faute d'être comprises, c'est pourquoi notre travail peut s'avérer payant : HAR-MO-NI-SER dans le souci de transmettre un parler compris (ou compréhensible) par tous les gens du Tseu.

Olivier 09/09/2013 08:25

En choisissant "çh" plutôt que "ç" on signale le chuintement et on se différencie du "ç" courant.

Eric Condette 04/09/2013 23:50

OK, là on avance. Peut-être que "ç" serait une graphie préférable à "çh"? A suivre...

Olivier de Vaux 04/09/2013 21:14

J'appelle "harmoniser" le fait d'écrire "se souchyi" à Trivy et de considérer, à Trivy, une autre prononciation comme "déviante".
De même, ce serait "harmoniser" que d'écrire "se çhiter" avec un "çh" ce qui permettrait toutes les variantes de prononciation allant de "se citer" à "se chiter".

Eric Condette 04/09/2013 20:10

HAR-MO-NI-SER n'est pas si évident que ça, car ce qui caractérise le patois, c'est justement sa fragmentation: chaque village à son parler, avec son vocabulaire et sa prononciation, même si certaines communes ont des patois peu ou prou identiques et constituent ce qu'on appelle des "aires dialectales" (la région de Matour en est une parmi d'autres).

Élaborer une graphie supra-dialectale est sans aucun doute une excellente idée, mais de là à suggérer une prononciation "standard", c'est une autre histoire... dont nous devrons sûrement discuter à l'occasion.

Eric Condette 04/09/2013 13:10

Pour souffler, j'avais noté "souchyi" (et non "chouchi"), à Trivy. Et pour s'asseoir: "se siter", (et non "se chiter") car le parler de Trivy ne possède pas autant de chuintantes que certains patois du Charolais, (comme Sivignon, par exemple...)

"Dzuer (tsi) du poivre" signifie surtout "partir sans prévenir".

Quant à "campner", je ne connais pas. Peut-être est-ce une variante de "se cramper après" une tâche?

le m'tse 04/09/2013 09:58

J'ai beaucoup de retard. "dés que nous est arrivé", c'est le nous(nos)qui remplace le on français. Pour "si vous voyot c'qu'y chimbe"; le vous n'est pas fréquent en patois, La personne aurait dit à son voisin "si te voyot", à un inconnu, elle emploie le vous tout en gardant le verbe à la 2ème personne du singulier.
Le verbe souchi ou souchyi est bien connu dans la région de Matour