Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Un mariadze manquo

31 Mai 2013 , Rédigé par Michel Lapalus Publié dans #Textes

Un mariadze manquo

Le mariadze manquo fait partie des Contes de Jean-Pierre écrits dans les années 1920. Son auteur, Louis Mercier, emploie le patois de Coutouvre, une commune située à 10 km à l'est de Roanne, son pays d'origine. Relativement proche du patois brionnais, le patois de la rive droite de la Loire peut être considéré comme un parler du Tseu. La Loire est un des départements les plus riches côté linguistique. Au nord-est (Charlieu et Roanne-est) un parler entre brionnais et franco-provençal ; au sud-est, le franco-provençal ; au sud-ouest et à l'ouest, l'occitan forézien et au nord-ouest le parler bourbonnais.

L'histoire, tout ordinaire,est incomplète. Le titre, à lui seul, nous indique la fin de ce projet.

Piarre la Goyette éteut intran de s’habéye pé allo fréquento, quind la mère la Goyette li désit :

_ Qui que te pourrai bien importo à ta miye, pé li faire cadeu ?

_ Ma fi, dz’in sais ran.

_ Si te li portés dou quat’ peurnes ?

_ De peurnes ?Mais i n’ant mé que neus, de peurnes.

_ Qui qu’y-z-y fait ? que désit la mère la Goyette. Y sera tordzeu pos de les manmes. Dze vai t’in quéri quotiennes.

La mère la Goyette se n’allit é pros de la plasse, devint la mason, grollo un peurni, et le revenit, un momint après, avoui so devanti plan de peurnes. De grosses peurnes Reine-Claude qu’avant de farranne sur la piau.

Le les playit, bié queume y faut, dins un mouotsou prope, et le désit é Piarre ;

_ Te varros qu’y li fera plasi !

E l’adzoutit, in fasint de ptés yeux :

_ Te comprinds ? quind ne vous se marieu, faut faire son couande, et y faut se faire bié vère de la faméye...Quind n’ton poure père veneut me vère, ma, é m’apportent tordzeu quoque tsouse.

Piarre la Goyette fréquenteut la Marie Teuro, eune dzeuye féye de les Partses, qu’aveut de tarres, de pros, de bous, de vatses, de cotsons, de tsièvres, de pouolayes, et que n’aveut ni frères, ni seus. Quind sos parints serant mos, le sereut ban ritse à trente mille frincs.

Aussé Piarre y teneut, à c’te Marie Teuro. Dipeu Poquieu, teutes les dieumanes, é l’alleut la vère ? La Marie ne déseut pos non, mais los Goyette ne teneut que dués vatses, et ma fi, i ne pères Teuro treuvant à redère que Piarre la prissant pos dère voua. Le mariadze éteut, queume i diont vé neus, sus le ballint............

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article