Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Mon dzardin

31 Mai 2013 , Rédigé par Michel Nioulou Publié dans #Textes

Mon dzardin

Mon dzardin, aul est tot entoré d'piéssis, d'beuchons nas, d'beuchons biancs, d'allognies, d'bos carrés, d'uzraub-yes, de tsagnes, un pchon d'argolas a peu tot pien d'arbeux qu'corrant d'dans. Dans un coin, y pousse des yeaux que cheintant vrai mauvais quand neux les copes. Apeu ça, malhreux, nos s'en poux pas débaressi!

 

Dans l'an-ni, en quêque doux trois coups, d'z'le râpe au voudze ple tni propre. Y étot peu pas qu'les ronzes appondins en tarre, sinon, alles reprenant. A peu dz vos djai, qu'y appondant à crétssi, à peu pus vite qu'le reste!!
Mais ma fois, ctu beuchon teint l'dzardin à l'euvri, et y est pas pus mau quand y corre la bise ou la traverse.

Y z y a quêques gros arbres le tor, un pommi, un noye, ho y est pas qu'l'ombre est bié bonne, mais y fait todzo quêques callas p'faire l'huile.
Y z'y a étot un peurni, quêque pêtsis d'veugne a peu un gros poèri bon chrétchein.

La tarre est ari facile, dz'la beurse à la beurse à pus, en début d'an ni. Y suffit, pasque si te beurse en fin d'an-ni, tant qu'en Févri, la tarre se tappe davou la dzlée à peu la piou.
Par conte y va bié à pieutssi. Un ptchet coup d'beuchlon ou d'pieutse piate, à peu la traina s'arratsse tote seule. 
Quand y piou, te pou aller tarrionner en point d'temps, y est dachtot réssuer.

Teut y pousse bié. Les pastonnades crétsant loin en tarre, totes drètes, londzes, alles pein-nant pas cmment dans la tarre grasse.
La poule grasse, la salède, les eugnons, les treuffes, les raives, les tsoux raives, les pas gollus en début d'an-ni, les poreaux, teut y fait, y z'y a point d'mau à faire vni. Par conte, si y fait trop tsaud, la tarre est dachtot seutse. Y faut pas crainde d'arrousi apeu d'pailli tot c'qu'neux pout, sinon les tsous arrivant pas à cabutsi.

Y faut djai qu'z'y cogne enco bié du feumi. Par conte, dz'y met du vieux, du bié peuri. Y faut quand mein-me pas qu'y z y cueille tos.
Dze dépotsse quêques doux quates cassons d'feumi, qu'dz 'écarpeuille à la trin. 
Par conte dz'en fout point lavou qu'dze piante les pas, sinon y freint ren.

Quand y est l'moment, dze tarre mes treuffes à la pieutse piate.
Quand dz'arratse les treuffes à la pieutse à cornes, dz'laiche les tseus à bas, à peu dz'les breulles, peu pas foute le bocon à ctes là d'l'an-ni qu'veint. 
Après ava laichi s'tsi les treuffes à bas, y faut les rammasi. Dz'trie les ptchettes ples polailles a peu les cotsons, apeu dz'rentre les bonnes à la cave quand alles sant frèdes, pasqu'y est pas bon d'les rentrer teutes tsaudes.
Les copées sant mandzi tot d'suite, sinon y est dachtôt tos peuri!! Mais si nos est adret p'tiri les treuffes, des copées, y z'y en a todzo pas des pien-nes breutes!!
Les treuffes, quand alles sant meures, quand les tseux sant secs, y faut vit'ment les arratsi dvant qu'alles rdzarneint, si des coups, la piou rvenaud.

Quand dze rame les pas gollus en début d'an-ni, dz'met todzo des rames en allognies bié foiyouses.
Quand dze cope des gros beuchons , dz'en leuve todzos quêque doux trois fagots. Quand dze su apré esguer au goui, dze garde les bouts d'breintses d'alognies les pus drètes, les pus braves.
Dze laye todzo mes fagots à l'amarine. Dz' en prend todzo des rodzes, alles sant bié pus londzes et vant bié meu p'faire les rôtes.

Beursi, pieutsi, arousi, tarrer, ramer, éclairci, y z'y a todzo à tarrionner dans ctu dzardin. A la fraîtse ou bein l'sa, nos y passe un ptchet moment teux les dzeux. Mais nos s'en piaind pas! Nos ant sant ari pas malhreux!!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

michel lapalus 02/06/2013 10:18

On est passé de "l'à peine assez" au toujours plus et au gaspillage. Les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres. Même la nature semble ne pas résister au bulldozer du productivisme. Peut-être qu'on a trop oublié ce passé tout proche. Quelques graines de patois, la langue de nos arrières grand-parents, à semer dans le jardin, ce n'est pas très difficile.....

Olivier de Vaux 01/06/2013 19:51

Voui, apeu la conkyujon m'fait pensi à ç'que djot mo grand père : dz'ai toudze bié vivu, dz'ai dzamais manqué d'ren ! Faut dère qu'ôl avot deux vatses que lu seurvint p'le lait, les viaux apeu seurtot p'labori ses doux quate ptiets tsamps. Ôl a dzamais nenvii çtés qu'avint maîs d'bien, y'étot un sâdze le Léion !