Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Le fromadze de tseuvre

13 Septembre 2013 , Rédigé par michel lapalus Publié dans #Textes

Le fromadze de tseuvre
La chèvre est sans doute un des premiers animaux domestiqués par l'homme, ah pardon, domestiqués par les femmes... ! il y a dix ou quinze mille ans, peut-être plus. Animal rusé et indépendant, la chèvre a accompagné longtemps la vie des paysannes et sauvé de la famine enfants et même adultes. Le département de Sâone-et-Loire compte 500 élevages et arrive en tête pour toute la France. Par chance, il n'y a encore que très peu d'élevages industriels.



                     Le fromadze de tseuvre 


   Vés le mâ de sétembe, la feune, al a mené les tseuvres u botse. A la mi de févri les cabris san v'ni. Va falla qu'i profitan vitement, p'les vende apeu tiri les belines. Nos v'là  vés la mi de mà, y va s'enrailli p'le fromadze.
   Y é le sa, les biques san rétraubyi p'la né. La feune, al a pri le copon pe tiri les tseuvres. Un cô fini, al a mi la coloure su la seuille pe passé le lait. Le matin, min- me tsouze ; la seuille é pyine. Le lait du matin a rétsandu le lait du sa. Y é le moment de mète la présure pe fère cailli le lait.
    Le matin du dzo d'aprés, la feune, al a mi des copes dans l'agotou. Le potson va d'la seuille és copes que san vite rempyi. Le p'tit lait tsé d'vant l'agotou, dans eune seuille en bos.
   Enco un dzo, pi la feune torne les fromadzes en métant eune pincie de sal. Enco un dzo d'pu, al les enleuve des copes. I san mi dans la tsézire su d'la paille de bié, pi salés de l'autre coûté du fromadze.
   Y é pas fini ; les fromadzes van seutsi dans la tsézire, des côs eune quinzain-ne de dzos, un mâ, dous mâs, tras mâs. Y dépend du temps pi des mandzous de fromadze de tseuvre. Y en a qu'le volan tot dzoune, tot bian à la sortie de la cope. Y en a qu'le volan demi-seu, seu o bié seu. Fau contenté le monde.
   Bin non, y é pas fini, y a enco le fromadze fôrt : vos rapi des fromadzes bié seu, assi deûr qu'eune piârre, du bòyon de pores, un verre de vin bian o bin eune cueuillire de goûte, apeu vos brailli.
   Pi v'là le d'rri, le fromadze peûrri : vos preni des fromadzes entremi le seu pi le demi-seu, putôt seu quand min-me, ma pas d'trop ; vos les randzi dans un pot en târre, quand le pot é pyin vos métti un couêche que freume bié. Attende les mauvais dzos p'euvri le pot. Les fromadzes san dev'ni tot bieu. Y é l'moment ! A pas mandzi davu les b'vous de coca..... !!
Nos pou dère atsi les tseuvres ! Apeu dz'allo eubyi....atsi bié, les feunes !!


                     De la chèvre au fromage

Au mois de septembre, la paysanne a conduit les chèvres au bouc. Vers le 15 février a eu lieu la naissance des chevreaux. Ils doivent grossir rapidement pour être vendus, de façon à pouvoir utiliser le lait pour la fabrication du fromage dés la mi-mars.
Le soir, les chèvres sont rentrées pour la nuit. La traite se fait dans un petit seau à anse ; le lait est versé dans un filtre placé sur un grand seau. La traite du matin vient réchauffer le lait de la veille, ce qui va faciliter l'action de la présure.
Le lendemain, les faisselles sont installées dans l'égouttoir. La louche les remplit rapidement pendant que le petit lait s'écoule dans un seau de bois( l'inox n'existait pas encore).
Les fromages sont retournés et salés le 2 ème jour. Encore un jour...... ils sont sortis des faisselles et placés dans la cage à fromages sur de la paille de seigle où ils sont salés une nouvelle fois sur la face opposée
Ils vont sécher quinze jours, un mois, deux mois, trois mois. C'est variable selon le temps et les goûts des consommateurs. Certains veulent du fromage frais, d'autres mi-sec, sec ou très sec.
Voici encore le fromage fort :  râpez quelques fromages très secs, durs comme la pierre, un peu de bouillon de poireaux, un verre de vin blanc ou une cuillère de marc et  mélangez bien le tout.
Et enfin le dernier : le fromage demi-sec affiné dans un pot de terre bien fermé pendant plusieurs mois, qu'on appelle le " fromage pourri ". Attendre l'hiver ; les fromages ont pris une belle couleur bleue. C'est le moment d'y goûter. Surtout n'invitez pas les buveurs de coca.... !!
Merci les chèvres ! Et merci aux paysannes qui ont inventé tous les fromages ( y en a que dian qu'y é les mouènes, ma y é pas vrai).... !!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Eric 13/09/2013 19:28

Petite question technique: (qui n'enlève rien à la qualité des fromages!...)

Y est-ti pas vrai qu' dans l''Tsarolais, les fromâdze de biques i sant pas "pur chèvre" à cause don qu'les dzens y mettant un p'tion d' lait d' vatse pa'd'sus?

Y'est p'çan qu'nous diant quèqu'cops qu' "Vé nous les tseuvres coutsant dave les vatses",
apeu encô qu' "nous ans des tseuvres à londzes coues"...

agnes 18/09/2013 20:54

c'est vrai que souvent comme il y avait des vaches à lait pour nourrir les veaux de lait et la consomation familiale les femmes ajoutaient un peu de lait de vache et elles disaient que les froms etaient plus faciles à faire prendre.

le m'tse 15/09/2013 16:20

Effectivement, j'ai toujours vu ma mère mettre un peu de lait de vache avec le lait de chèvre. Simple habitude ou meilleure "prise" du lait? Peut-être qu'Olivier le sait; où quelqu'un qui a de bons souvenirs? Où alors un éleveur de chèvres, lecteur du blog? Ce qui serait une bonne surprise!!

Olivier 13/09/2013 09:27

L'freumâdze de tseuvre, quand ô vint d'un ptiet élvâdze quoî qu'les belines mandzant renque d'l'hârbe, d'la bronde apeu du foin, y'est un vrai délice. Frais davo d'l'avoiñne de keuré, d'l'étsalote apeu d'la ciboulette, ôl accopagne les treuffes en biaude des tsamps. Mi-frais nos l'mandze dans les salades mas arri en dessert dave des meûrons. Mi-seu, y'est dave des calas qu'ô fait l'régal des quatre-heures. Seu, ô s'dit dave le vin byanc cment dave le rodze. Fô, là y p'les cognaisseux, su eune routie.
Y'est bié dmâdze que les ptiets tropiaux disparaîssint p'laichi la pièce és grands quoî qu'la bline a minme pyus d'nom, s'fait pyus câliner deurant qu'nos la tire. Les pourres bétes devnant des "unités d'produkchon", i'ant un numéro, des cops minme deux étiquettes és oraîlles, eune peuze lectronique arri. De chtés là, dz'mandzrai dzamais les freumâdzes, dz'vos y dis !