Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

De quoî don qu'ô vint, noute Tseu ?

9 Août 2013 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Cardzîre

De quoî don qu'ô vint, noute Tseu ?

C'est ce que nous avons demandé au Secrétaire Perpétuel de l'Académie du Tseu, Mario Rossi.

Je passe la parole à mon camarade Joseph, appelé aussi "l'Dzouzé d'la Brire", qui va vous résumer à sa façon l'exposé magistral du professeur Rossi ; si la pertinence des remarques et observations de Joseph vous comblent, chers lecteurs, nous ne manquerons pas de faire appel à lui de temps en temps.

Atsi bié l'Olivié ; p'un cop que dz'poux dère c'que dz'voux à votés mondes du cardzonique du Pàys du Tseu, dz'vas pas mette ma tsatte dans ma potse.

Nos ans cmenchi à woî su eùn toîle byintse, des imâdzes d'un gârs que dit "a" a peu "é", a peu "ca" a peu "tch". Dz'ai ren côpris à part qu'y faut faire moins d'effort pe dère "tseu" que p'dère "tcheu". Y srot du coûté d'l'an mille que vés nos, nos ans cmenchi à appler un tsè un tsè, un tsin un tsin apeu un tsat un tsat !

Aprés, dz'me sus endreumi eune cosse, y'étot l'heûre de faire prânîre, mas l'professeû causot toudze, ô djot que l'Biaudzolâs étot noté en rodze. Y'est seûr, ôl est miñme bié noté ! faut dère qu'y a pas grand monde que connaissant l'Biaudzolâs byanc d'mon cosin d'Romanèche-Thorins, mas woite, y-z-y fait ren !

Tot pr'un cop, l'professeû a dit qu'ôl allot prende mòn entsapye pe faire sa conclûjon, dz'me sus dmandé cment ôl avot pu la trouwer vu qu'l'aute dzo, dz'ai tot rveuilli dans la rmise sans mette la main dssus.

Y s'est fini à l'apéro ; ma, dz'étos pyanté  dvant eune tsopine de rodze, alô, vu que dz'étos l'seu qu'en buvot, dz'poux dère qu'au Pàys du Tseu t'poux boîre tant qu't'as pas tseu !


 

Pour accéder à l'exposé intégral de Mario Rossi  cliquez sur le lien ci-dessous.

Atsi bié l'Olivié ; p'un cop que dz'poux dère c'que dz'voux à votés mondes du cardzonique du Pàys du Tseu, dz'vas pas mette ma tsatte dans ma potse.

Nos ans cmenchi à woî su eùn toîle byintse, des imâdzes d'un gârs que dit "a" a peu "é", a peu "ca" a peu "tch". Dz'ai ren côpris à part qu'y faut faire moins d'effort pe dère "tseu" que p'dère "tcheu". Y srot du coûté d'l'an mille que vés nos, nos ans cmenchi à appler un tsè un tsè, un tsin un tsin apeu un tsat un tsat !

Aprés, dz'me sus endreumi eune cosse, y'étot l'heûre de faire prânîre, mas l'professeû causot toudze, ô djot que l'Biaudzolâs étot noté en rodze. Y'est seûr, ôl est miñme bié noté ! faut dère qu'y a pas grand monde que connaissant l'Biaudzolâs byanc d'mon cosin d'Romanèche-Thorins, mas woite, y-z-y fait ren !

Tot pr'un cop, l'professeû a dit qu'ôl allot prende mòn entsapye pe faire sa conclûjon, dz'me sus dmandé cment ôl avot pu la trouwer vu qu'l'aute dzo, dz'ai tot rveuilli dans la rmise sans mette la main dssus.

Y s'est fini à l'apéro ; ma, dz'étos pyanté  dvant eune tsopine de rodze, alô, vu que dz'étos l'seu qu'en buvot, dz'poux dère qu'au Pàys du Tseu t'poux boîre tant qu't'as pas tseu !


 

Pour accéder à l'exposé intégral de Mario Rossi  cliquez sur le lien ci-dessous.



 

Exposé du Professeur Mario Rossi, le 6 juillet 2013 à Sivignon

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric Condette 13/08/2013 13:58

Je ne peux m'empêcher de m'interroger sur le commentaire de la figure 4 qui illustre l'exposé de notre Secrétaire Perpétuel:
"Carte des dialectes franco-provençaux (en vert). D’après G.Tuaillon 1972, p.337. En gris, à gauche, au-dessus de Roanne, les parlers franco-provençaux francisés et les parlers d’oïl sous
forte influence franco-provençale."
Comment peut-on déterminer la limite (si elle existe) entre les "parlers francoprovençaux francisés" et les "parlers d'oïl sous forte influence franco-provençale"? N'est-ce pas tout simplement que l'on passe d'un dialecte à l'autre de manière insensible sans que l'on puisse fixer une cartographie précise?

Selon F. de Saussure, le précurseur de la linguistique moderne, "les dialectes n'ont pas de limites naturelles" et "il y a autant de dialectes que de lieux."

Sans les "Noëls Mâconnais" de Lhuilier (1720), nous n'aurions aucun moyen de savoir que le Mâconnais a été jadis une région où l'on parlait le francoprovençal. On pourrait seulement le soupçonner, sans plus. Comme c'est aujourd'hui le cas pour une partie, au moins, du Brionnais de l'est et du Charolais du sud.

Olivier de Vaux 14/08/2013 18:52

Personnellement je ne peux pas m'empêcher de penser que le "tseu" est le signe fort de l'appartenance ancienne à la zone franco-provençale. C'est peut-être un peu simpliste, mais ça a le mérite de faire court : il n'y a aucune région de langue d'oïl où il se pratique...hormis notre Pàys du Tseu, qu'on se le dise !

Marité 11/08/2013 08:28

Intéressant exposé sur l'évolution du Tseu !!!
Mi j'garde min "ch" picard et pi ché bin comme cha !!!
GROS BECS ch'l'Olivier

Olivier de Vaux 10/08/2013 14:31

Y'est pas la poiñne d'vos catsi, dz'ai vu votés traces, alô, faudrot pt'éte bin lu réponde au Tseu, qu'ô dit qu'ô vout point peutefeuner ! Ma, dz'cras qu'i faut qu'nos sòyins maîs d'tras ou quate peur que l'Tseu sat à tsopchon rasseûré. Faudrot vos rmuer l'popotin les gârs a peu les feuilles !

michel lapalus 10/08/2013 11:51

Y é ma, le Tseu qu'vin d'apprende que dz'é 1000 ans d'âdze. Dz' y cràyo pas!! Sondzi don, 40 dzénérachons qu'y fé;Qu'y qu'le monde va dére? Qu'i é bin temps de meûrri quand nos a d'l'âdze! Epi vu qu'ô sar pu à ran stu patouâs, y é assi bié.
I volan me fére meûrri, hé bin dz'é pas envie de meûrri! Pi, quand nos a pas envie, nos a pas envie!! Enco 1000 ans, y m'iro bié!! Vos y cràyi pas? Hé bin répondi don en patouâs, dzeuste p'un co!