Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013

12 Juillet 2013 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Réseau

C'est dans une atmosphère conviviale que s'est déroulée cette deuxième réunion du Réseau du Tseu, grâce à l'accueil chaleureux du maire de Sivignon et des présidents des associations du village. Voici un compte rendu, aussi fidèle que possible de cette réunion.

  1. Historique du Réseau du Tseu.

Rappel du but poursuivi : éviter la disparition des parlers du Tseu. Première réunion en mars 2013 avec comme conséquence directe la création du blog du Pays du Tseu.

2. Histoire et géographie du Tseu.

Mario Rossi a d'abord expliqué comment à l'époque franque, dès le VIIe siècle, les ka, ga du latin populaire ont commencé à se prononcer mouillés (ex. bacassa, abreuvoir, est prononcé batchassa). La simplification en bachasse, en francien et en bourguignon s'est opérée vers le XIIIe siécle. Par contre, en Lyonnais, au lieu de se simplifier en ch, la prononciation de tch s'est simplifiée en ts c'est-à-dire en avançant vers s et ceci dès le Xe siècle. Plus tard dans les dialectes de la rive droite et de la rive gauche de la Loire le ts s'est simplifié en s alors que le Brionnais et le Charolais ont conservé cet état de langue archaïque qui se retrouve dans les parlers d'oc de la Haute-Vienne à la Drôme et dans les parlers franco-provençaux (triangle Jura, Loire, Savoie) sans oublier la Suisse Romande et le Piémont italien.

Les parlers Charolais-Brionnais ne sont pas pour autant des parlers franco-provençaux, ils sont bel et bien des parlers d'oïl qui ont conservé quelques caractéristiques du franco-provençal dont ce fameux ts, que nous écrivons Tseu et que nous personnalisons en lui attribuant une majuscule car son omniprésence dans nos parlers les différencie nettement des autres dialectes bourguignons.

Il faudrait donc pour être précis parler du Pays du Tseu d'oïl, mais nous conserverons dans le blog le terme "Pays du Tseu" en renvoyant la précision au sous-titre : "un pays de transition entre langue d'oïl et franco-provençal".

3. Exposé des moyens à mettre en oeuvre pour faire vivre le Tseu.

Eric Condette a abordé tour à tour tous les différents moyens qu'il faudrait mettre en oeuvre pour pérenniser la pratique du Tseu. Parmi eux, citons les enquêtes linguistiques, les ateliers dans les clubs des aînés avec des ateliers itinérants lorsqu'il n'y a pas suffisamment de participants dans une seule commune. Autres méthodes, la sensibilisation en milieu scolaire, notamment à l'école primaire, le théâtre, la chanson. Un contact avec le groupe folklorique des Gârs du Tsarolais pourrait s'avérer également intéressant pour élargir l'audience du Réseau et du blog. A l'inverse nous pouvons leur apporter un sang nouveau.

4. Approche des différents organismes qui contribuent à la sauvegarde de nos patrimoines.

L'Atelier de patois de Sivignon a déjà pris contact avec la Maison du Patrimoine Oral et son émanation, l'Association Langues de Bourgogne. Ces organismes, structurés et subventionnés ont déjà réalisé un énorme travail notamment dans le Morvan et dans le Sud Chalonnais. Le Pays du Tseu a tout intérêt à se rapprocher d'eux.

L'A.B.E.L.L. Association Bourguignonne d'Etudes Linguistiques et Littéraires peut également être approchée.

Le C.E.P. Centre d'Etudes du Patrimoine, spécialisé dans la protection des églises romanes du Brionnais peut également nous apporter un soutien.

5. Recherche d'une harmonisation de la graphie du Tseu et au-delà, des langues de Bourgogne.

Olivier Chambosse a rappelé que ce besoin d'harmonisation n'est pas le fait des patoisants, tous capables d'écrire à leur façon en patois et de déchiffrer un texte patois quelle qu'en soit l'orthographe, mais de celles et ceux qui attirés par le patois rencontrent des difficultés pour le lire et pour le parler. Il a, de ce fait, énoncé quatre principes devant présider à cette harmonisation :

  • s'approcher de la bonne prononciation,

  • rester au plus près de notre langue française

  • respecter l'étymologie

  • respecter le mot en tant que tel.

A ces quatre principes il convient d'ajouter une exigence d'ordre purement matériel : n'utiliser que les lettres de notre alphabet et les 5 signes d'accentuation disponibles sur un clavier d'ordinateur.

Les deux linguistes présents n'ont pas les mêmes préoccupations : Françoise Dumas propose de confronter les graphies existantes et s'oppose à ce que l'on attribue à certains signes d'accentuation une fonction autre que celle admise par les locuteurs français qui sont, d'après elle, censés connaître le tilde espagnol et l'umlaut allemand.

Mario Rossi, qui a une approche plus pragmatique, n'hésite pas à utiliser l'astérisque dans l'écriture du patois a des positions moins rigides, mais il tient beaucoup à ce que l'on ne "francise" pas le patois.

On voit bien que, selon que l'on est linguiste ou non les approches divergent, ce qui est bien naturel. La synthèse devrait pourtant être possible, les trois approches (pragmatique, linguistique et phonétique) correspondant à trois besoins différents pourraient donner à la graphie harmonisée une solidité à toute épreuve.

6. Le blog du Pays du Tseu

Olivier Chambosse a expliqué comment utiliser le blog.

7. Mise en place d'une base de données et circulation des informations ayant trait au Pays du Tseu.

Tout ceci peut se faire à l'intérieur du blog, dans les différentes rubriques ou dans les pages.

8. Une association ?

A terme, ce sera nécessaire, ne serait-ce que pour des raisons bassement matérielles. La prochaine réunion du Réseau du Tseu pourrait très bien correspondre à la création d'une association ; là encore, le blog, sous la rubrique "Réseau" devrait nous permettre d'avancer dans cette direction.

oOo

Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013
Compte-rendu de la réunion du Réseau du 6 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric 12/07/2013 22:12

Voilà un beau compte rendu. Il y aura-t-il un écho dans la presse locale?

Olivier de Vaux 12/07/2013 22:42

Mais oui, il faut cliquer là :
https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/u/0/?ui=2&ik=fe12a6fa12&view=att&th=13fcc7726186d5a9&attid=0.1&disp=inline&safe=1&zw&saduie=AG9B_P_Z7Pseig759HWQQKAPA_8m&sadet=1373661594008&sads=UOrppYhaphWK36Ytzwf9JYChYqQ