Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Cardzot n° 69 : Epeunes nères et feusses bllintses.

3 Mars 2015 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Ateliers

Cardzot n° 69 : Epeunes nères et feusses bllintses.

Parmi les souvenirs d'enfance il en est de cuisants, au sens propre comme au figuré. Celui-ci en est une belle illustration.

Dz’étos engrintsie su eune brintse du peurnî pe gaper1 quèques ptinguins. Tot p’un cop y’a crochi2  ; dz’ai tseu l’cul dans l’beuchon d’épeunes nères. Ma sû3,  a compté sept épeunes seutses pllantées dans mes feusses apeu dans mes cueuches4. Alle les a arratsies sans m’prévni…apeu sans ren y mette, ni marc, ni goutte. Çt5 añnée là, note mémère Pouponne s’est passie des ptinguins qu’fayint d’la si bonne confiture ! Dz’ai miñme pas dit qu’y étot ma qu’awos câssi l’peurnî. Dz’étos pas fière ! Quand te tsès, te te rlèves achtôt, de pou6  qu’ quéqu’un te voye à bas !

 

gaper1 : Ce verbe, que l'on écrit aussi yaper ou cllaper revêt plusieurs sens proches : accrocher, attraper.

crochi2 : Ce verbe avec sa variante de prononciation "creuchi" a le sens de craquer, casser.

3 : On prononce  "seû" ou "cheue" dans certains villages. Il s'agit de la soeur (pas de la religieuse qui conserve la prononciation française". Certains ajoutent un e final à sû : sûe, pour marquer le féminin, mais ce "e" me semble superflu, les quelques terminaisons françaises en  "-oeuf" ou "-euf"  sont généralement prononcées "û" : boeuf = bû, oeuf = û, neuf = nû (avec nue au féminin). On notera cependant deux exceptions notables pour le veuf (qui reste veuf et inconsolable) et le coeur (pas question de le confondre avec le cul) qui se traduit encore par corée, plus précisément "la corée rodze", la nère étant réservée au foie et la bllintse aux poumons.

cueuches4 : Les cuisses, on peut aussi écrire "keuches". Lorsqu'elles sont de bonne taille il est plaisant de parler des grosses cueuches et, mieux encore pour l'euphonie, dans de nombreux villages, des greusses cueuches.

Çt : Cette, bien entendu.

pou6 : Prononciation archaïque de "peur", concurrencée par endroits par "peu". Rappelons ici que l'adorable arthropode que nous avons tous fréquenté dans notre scolarité bénéficie d'une prononciation en "-iou", devenant un piou, à ne pas confondre avec la pllou, la pluie (encore un exemple de l'intérêt du L mouillé du Tseu).

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le m'tse 04/03/2015 10:32

Le patois fait aussi dans la diversité
prunellier, ptingoni, p'lossi
prunelle, ptinguin, p'losse
Mais c'est parfois le contraire
soeur su
sur su
j'ai su dz'é su

Olivier de Vaux 05/03/2015 06:35

Vos y ez-ti su ? Ma sû a rçu un coup d'massue su l'cul. Vu qu'alle est bié feussue y lu a pas fait d'mau !

L'Eric 03/03/2015 13:27

Dz' ai dzamais ésu pou des pioux! (expression à répéter rapidement 10 fois sans se tromper.)
Au fait, pourquoi "pou" serait-il plus "archaïque" que d'autres prononciations patoises ?
Il me semble (malheureusement) de plus en plus évident qu'il n'y aura bientôt plus que la prononciation française "standard" qui ne sera pas considérée comme archaïque (j'en ai bien pou, pardon: peur...)
En ce qui concerne le risque de confusion entre le cœur et le cul, je crois que les patoisants que je connais (ou que j' ai connu dans le passé) désignaient souvent ce dernier en l'appelant le "dri" (à part dans quelques expressions comme "se siter à cul piat".) Quant à la "corée", c'est vrai que c'est un terme assez polyvalent (ce que tu rapportes concernant le "code couleur" est très intéressant.)
Pour ce qui est du "e" final ou pas de "sû(e)", tu m'as convaincu; je n'écrirai plus ce mot que "sû".

Olivier de Vaux 03/03/2015 15:12

Je prends note de ce beau virelangue du Tseu : Dz'ai dzamais ésu pou des pioux. Pour les 3 couleurs de la corée, c'est assez connu dans le coin, précisons tout de même que lorsque l'on parle de la corée sans préciser sa couleur on fait référence à tous les abats, indistinctement.

Marité 03/03/2015 12:48

Il s'agit de prunelles... vindieu qu'ça pique !!! Tant pir pour eusse confiture...
GROS BECS ch' l'Olivier !

Olivier de Vaux 04/03/2015 09:26

Pour l'illustration j'ai cherché une épine plantée dans une fesse, sans succès ; il me restait le choix entre les épines seules ou les fesses blanches, j'ai tranché pour l'image qui donnait le plus de piquant à mon article. Bises.