Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Piquée u miyeu d'la co

27 Février 2015 , Rédigé par michel lapalus Publié dans #Textes

Piquée u miyeu d'la co

Une petite histoire de 100 ans d'âge, qui est, hélas, toujours d'actualité. L'appétit des pouvoirs, l'argent, les marchands d'armes sont toujours eux, en super forme et bien vivants. Espoir es-tu là.... !!

 

 

Piquée u miyeu d’la co

 

 

 

Depeu l’miyeu d’la co, al les a vu, les dous dzendarmes que montin le ts’min. Quand i an poussi la barrire pe v’ni dans la co, al a pas bodzi la Maria.

 

«  Au nom de la République … … … » . Mâ, la Maria, al a ran entendu. Al a pas pri l’papi des dzendarmes. Al a tsomé piquée u miyeu d’la co. Les dzendarmes san r’parti san ran dère. Fau pas la dérandzi la Maria, al cause à son gars, l’Piârrot qu’va pas rev’ni d’la guerre.

 

Tot san, y éto l’matin ; hé bin l’sa , la Maria éto toudze piquée u miyeu d’la co. Y s’san mis à pusieurs p’la fâre rentré vés leuille. Poure Maria, y a fallu la fâre enfremé vés les fous, à l’asile.

 

Al va bié achteure ; al dérandze pu guère son monde. Tote la dzornée, piquée u miyeu d’la co, à l’asile, al cause à son ch’tit Piârrot :

« Piârrot, va don m’qu'ri du ch’tit bos p’almé l’fu… … Piârrot, va don rentré la tseuvre …Piârrot, y fau m’fautsi du triolet p’les lapins …Piârrot… Piârrot… ».

Ah bin son Piârrot, y é ti un brave ch’tit gâ !! Pas bié cauzant, y é seûr. Ô dé pas grand tsouze achteure. Mâ, sa mére l’entend enco… Epi ô fâ tot s’qu’al li d’mande ….. !!!!

Poure Piârrot ! La guerre, al en fini pas d'li tué sa mére.....

 

 

                     Immobile au milieu de la cour

 

 

Depuis le milieu de la cour, elle les a vus, les deux gendarmes qui montaient le chemin. Quand ils ont poussé la barrière pour entrer dans la cour, elle n’a pas bougé la Maria.

_ « Au nom de la République…. ». Mais la Maria n’a rien entendu. Elle n’a pas pris le papier des gendarmes. Elle est restée debout, immobile au milieu de la cour. Les gendarmes sont repartis sans rien dire. Il ne faut pas déranger la Maria ; elle parle à son fils, son Pierrot qui ne reviendra pas de la guerre.

Tout ça, s’est passé ce matin et le soir la Maria n’a pas changé de place, elle est toujours debout au milieu de la cour. Il a fallu plusieurs personnes pour la faire rentrer chez elle. Pauvre Maria, on a dû la conduire à l’hôpital psychiatrique.

Elle va bien maintenant ; elle ne dérange plus personne. Elle est toute la journée, immobile au milieu de la cour ; elle parle à son Pierrot :

_ « Pierrot, vas me chercher du petit bois pour allumer du feu…. Pierrot, vas rentrer la chèvre…. Pierrot, vas faucher du trèfle pour les lapins…Pierrot….Pierrot…. »

Pierrot est un gentil garçon !! Il ne parle pas beaucoup maintenant… !! Mais sa mère l’entend, c’est l’essentiel….Et il fait tout ce qu’elle lui demande… !!

 

Pauvre Pierrot ! La guerre continue à lui tuer sa mère....

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Olivier de Vaux 01/03/2015 11:59

Ah, la pourre Maria, pllantée dans la cô, cment eùn âbre qu'arrot pris l'fû du cié, alle fait rveni les histoères des sûes d'ma grand mère qu'ant totes peurdu un gârs, un mari, un frère...

le m'tse 01/03/2015 10:51

Bin oui, y é s'que vin d'arrivé pas bié louan dans un p'tiét v'ladze. "Quouâ que nos va, dz'en sé ran, ma, nos y va".

L'Eric 28/02/2015 11:06

Audzordeu yé pu tant les dzendarmes qu’les dzornaux dla télé que nous apprenant çtés tristes tsouses. L’Pierrôt étot mô dans eune guerre qu’ol avot pas voulue. Mas àcht’heure, yé pas meû, et minme des cops encô pis : la Maria arot bin pouyu décueûvri qu’son ptiet cadet s’étot fait dzihadiste pr' aller meuri bié loin d’itié…