Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Le grand sorci du bos

2 Janvier 2015 , Rédigé par michel lapalus Publié dans #Textes

 

 

Le grand sorci du bos

Le grand sorci du bos

Le grand sorcier du bois

Nos san u ma d’octobe ; la classe a c’menci depeu quéques dzos, ma le frére pi la sue van pas y allé stu tantôt.

Aprés goûter, le pére pi la mére dian : « Achteûre, vos alli m’né notés dous tseuvres tant qu’à Gercy. Ta, le Dzordze, te cogni le tsemin, te va bié des côs modé dans les bos. Vos alli teni tsaqu’un eune tseuvre davu eune londze. Y a qu’à les laissi martsi, i chintan le botse que sero és cinq cent diab-ye.

Fayi tôt de min-me attinchon ; aprés les tsâgnes pi les tsapreunes, y a un p’tiét bos de douglas. Vos preni le premi tsemin su la dreute, pi vos alli vite vouâ la ferme. Les tseuvres pi les botses san dans le pâqui d’rri la maizon. Le botse saute su les tseuvres..Y é bin vite fé...Pi aprés, y a pu qu’à vos renv’ni p’le min-me tsemin. »

Le Dzordze, ôl éto bin aize d’ava corri dans les bos. La Mone, al avo un p’tion pou. Al avo li des histouères de ch’tits predus, mandzis p’les loups.

Y fayo bon quand i san parti ; ma y s’é vite matseûré, du cô le bos s’éto mi quaziman à l’abrondie. Les tseuves tirin su la londze, les dous ch’tits corrin d’rri p’les sigre. I an pas vu le p’tiét bos de douglas. Le Dzordze, ô recognésso pu le tsemin que des côs ô preno p’allé és tsampignons o bin u muguet. Les tseuvres an tant tiri qu’i an latsi la bride. Achteûre, y étin predus pi la né arrivo.

Les tseuvres se san renv’ni totes soules à l’écueurie. « Ma, qu’y qu’i fayan don à train-né dans les bos ! » qu’a creuyi le pére en raveune. La mére pieuro, pieuro...Pu tâ, le pére pi dous vazins san parti dans les bos davu eune lanterne. Ran !! Le matin, i an tseufé les dzendarmes qu’an fé eune battue. Toudze ran ! A l’éyize nos an almé un cieurdze. Ran de ran !!! Tôt pr’un cô, les v’là !! Pas biau à vouâ, ma enco bié ragonchi....

Y é là qu’i an raconté qu’i avin vu un vieuil homme davu eune grande tignasse bize pi eune barbe biantse qu’li catso le beuil. Le viou les avo fé eune cabane o qu’i avin dreumi. Ma, le matin, ensortant du yé, y avo pu de cabane, pu de viou. I an entendu tôt de min-me le viou que cauzo : « Vos avi qu’à sigre les marques su les arbes pe vos renv’ni vés vos ».

Bin, nos san itié, vés nos. Y va bié.... Ma, le viou, ôl a enco dè qu’i fallo pas le tsertsi, que nos pou pas le vouâ... Y é lu le grand sorci du bos.....

Nos a pas zu à s’en pyinde de stu viron dans les bos ; à la fin févri, notés tseuvres an fé tsaqu’eune dous biaus cabris... !

Texte envoyé par B. L. Ci-dessous traduction de quelques mots peut-être difficile

londze corde

i chintan ils sentent

tsapreunes charmes

paqui pré

bin aize content

matseuré noirci

abrondie crépuscule

sigre suivre

des cos parfois

en raveune en colère

pieuro pleurait

pu tâ plus tard

tseufé appelé

toudze ran toujours rien

ragonchi en forme

bize grise

le beuil le ventre

pyindre plaindre

viron tour, balade

dous biaus cabris deux beaux chevreaux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L'Eric 02/01/2015 15:06

Y srot-ti qu' B.L. étot ta sue?
Y est eune brâve ptiète histouère dans un parler typique du Haut-Mâconnais. Dz' vous souhaite à teus la bônne an-née.

le m'tse 02/01/2015 16:48

Bin oui, ma "étot" y va pas bié, pramou qu'al vou en écri enco yeune d'histouère. Bié la bon-ne an-née à ta épi vés ta.

Olivier de Vaux 02/01/2015 10:01

Les ptchets, i'ant don pas avisé que l'sorcî avot des pîds d'boquin ?

le m'tse 02/01/2015 16:41

Te sé don pas qu'les pids du botse, i r'ssembian pas és pids du boquin! Bié la bon-ne an-née à tote la fameuille Chambosse