Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La drôlesse

23 Janvier 2015 , Rédigé par Eric Condette Publié dans #Textes

La drôlesse

Yé eune histouère que s’passot dans les añnées 50 quand nous pàyins encô en anciens francs :

Dans l’train, çtu dzo-là y avot un gros marstand de vatses que s'envnot d'Tournu quoi qu'ol avot été vâ des aimis à lu. A ch'teure o voulot aller tant qu’à Mâcon p’atster eune feuillette de bon vin et la fare vni vé lu dans l’Brionnas. Ol avot gagni pien d’sous à la fouère de Tsarolles la smaiñne passie, ap’ ol avot encô pien d' gros billets dans son pôrtefeûille.

Ol avot monté dans un compartiment quoi qu’y avot eune dzeûne feunne tote soule. L’compartiment d’à couté étot pien d' dzens que causant bié fô et d'enfants que piounint.

Not’homme préférot la compagnie d'la dzeûne feunne.

Ç’te feunne avot pas freûd és eûs, ap’ alle avot éto l’fi bié copé. Tote dzeûne et fraitse, bié brave et bié hab’yie, alle avot tot c' que fàyot pe piaire u martsand (qu’étot arri amateur de braves feuilles et d'cotillons.)

Yé peur çan qu’ol attendot point p’entrer en conversachon dave li. O c’minchot p’li causer du viâdze en train, apeu du temps que fàyot, d'la piou et du biau temps, c’ment nous dians toudze . D’ach’tôt o li fàyot des compliments su sa toilette, sa biaude ap’ son mantiau que li allint si bié, son ptiet tsapiau qu’allot bié dave ses tsveûx… Apeu o cminchot à êite mé entreprenant et s’est mis à la complimenter su ses braves tsambes (meinme si o vàyot ren qu’les mollets.)

La drôlesse avot vit’ment compris à qui qu’alle avot à fare. Alle l’acoutot en riant, tot en àyant l’air de goûter ses compliments. Mas, quand l’train approtsot d’Mâcon, l’homme s’est enhardi et li a dit qu’ o voulot li tâter les dzneûx. Alle l’a rpoussi, mas tot doucement. Apeu c’ment o li dmandot d’lu laissi vâ ses dzneux: « Oh, mas qu’alle lu a dit, vos êites bié cheûroux ! Yé qu’à ch’teure tot s’pàye ; c’que vos vouliz vaut bié un billet de 500 francs. » Alle étot tote tsarmante en diant çan et l’martsand n’a point hésité. O li a bailli un billet de 500 francs (un Victor Hugo), qu’étot vit’ment randzi. Apeu o pouyot contempler les dzneûx tot biancs d'la dzeûne feunne.

Mas y étot pas prou p’le contenter. O voulot vâ c’ment qu’y étot mé haut.

« Oui, mas pus haut , les môchaux sant mé gros, y va fallâ pàyer encô un ption. Y vaudrot bié 1000 francs (un Richelieu). »

L’billet d’mille francs étot vit’ment sorti du portefeuille apeu les dzneûx étint découverts de dix centimètres pus haut.

Après ç’tu cop-là, alle pinchot la têite vé sòn amoroux ap’alle lu a dit à l’oreuille : « Si ma personne t’intéresse tant, apeu qu’si t’avos un billet de 10 000 francs (un Bonaparte) qu’t’savos pas qu’en fare, dz’pourros t’fare vâ l’endreut quoi qu’dz avos été opérée d’l’appendicite… »

« Oh ma poure ptiète ratte, qu’o li a dit, t’avos été opérée d’l’appendicite ! »

« Oui, mon gros rat, dz’avos été opérée y a 7 smaiñnes de çan. Apeu c’ment dz’t’y dis, si t’voux y vâ… »

L’martsand d’vatses a sorti eun’aut’billet.

« Atsi bié, qu’alle lu a dit en randzant l’billet, oui, oui, dz’vas t’y fare vâ… »

A ç’tu moment-là, l’train étot après arrever à Mâcon, apeu is passant dzâ d'vant l’dôme nâ de l’hôpital.

« Aga! Yé yavo qu’dz ai été opérée, qu’alle lu a dit en montrant l’hôpital dave le dagt. Si l’cœur t’ en dit, te poux y’aller arri ; ma, dz’m’en vas. Arvâ. » Tot p'un cop alle s'est levée et a sorti du compartiment.

C'ment l' train v’not d’entrer en gare, alle a sauté à bas du wagon et alle a dzué du poivre à son compagnon. Alle a vitement disparu dans la foule des viâdzoux que descendint arrimé du train. L'gros martsand voulot li core après, mas ol étot trop empeûdzi p'la ratsapper.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le m'tse 24/01/2015 17:13

Le maquignon guigno du coûté des tsambes, apeu la feune guigno du coûté des sous. Nos va pas l'pyinde stu martsand de vatses vu qu'ôl en avo pieumé pusieurs à la fouère à Tsarolles.

L'Eric 25/01/2015 09:03

Alors cette histoire n'est peut-être pas si immorale après tout.