Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La pompa di père Malin

19 Décembre 2014 , Rédigé par michel lapalus Publié dans #Textes

La pompa di père Malin

 

 

 

 

 

 

Une histoire en patois bressan, très proche du francoprovençal, tiré du même petit livre que " Le Dzan d'Viri ". On y trouve le féminin en a : la pompa, nouta fouma....

et aussi une forme d'imparfait tout à fait inconnue du patois charolais-brionnais : le marchand s'étonnève.

 

 

La pompa di père Malin

La pompe du père Malin

 

 

 

En 21, l'ennia d'la grand' sécheresse, le père Malin se rendut un jor à Houans por écheter na pompa. Huit jos après, l'marchand vut révever mon père Malin avoui son châ ape sa pompa.

 

En 1921, l'année de la grande sécheresse, le père Malin se rendit un jour à Louhans pour acheter une pompe. Huit jours après, le marchand vit revenir mon père Malin avec sa charrette et sa pompe.

 

_ Ah bin ! Que l'vieux se métut à creier, vos m'ez bin servi ! Vouta sala mécanique ne vaut ran du to.

 

_ Eh bien ! Que le vieux se mit à crier, vous m'avez bien servi ! Votre sale mécanique ne vaut rien du tout.

 

Pus, c'ment l'marchand s'étonnève :

__Y'est c'ment j'vos dis ; nouton vaulo, Jean-Pierre l'a pousée tout d'suite, bien dreita, bien d'aplomb. J'ai pompé n'houra d'temps sias qué sorte na gotta d'aigue. Jean-Pierre m'a rempiéchi : ren. Nouta fouma s'y a mis, pis nouté filles, ape le vachi. Toujes ren ! Y faut que vos m'en rebaillins n'autra.

 

Et comme le marchand s'étonnait :

_ C'est comme je vous dit ; notre domestique, Jean-Pierre l'a installée tout de suite, bien droite, bien d'aplomb. J'ai pompé pendant une heure sans qu'il sorte une seule goutte d'eau. Jean-Pierre m'a remplacé : rien. Ma femme s'y est mis et ensuite nos filles, et puis encore le vacher..Toujours rien ! Il faut que vous m'en redonniez une autre.

 

Le marchand n'save pos trop que dire. A la fin, portant y demandit :

_Mais...vouton poets ? Y a ti de l'aigue dedans ?

_Hein ? Nouton poets ? Que répondit le père Malin en ouvrant dos grands us. J'nins point d'poets. Bougre de bougre ! Si j'avins on poets, j'n'arrins po fauta d'vouta pompa !!!....

 

Le marchand ne savait pas trop quoi dire ? A la fin, pourtant , il demanda :

_ Mais... votre puits..., Y a t-il de l'eau dedans ?

_ Hein ? Notre puits ?... que répondit le père Malin en ouvrant de grands yeux. Je n'ai point de puits. Bougre de bougre ! Si j'avais un puits, je n'aurais pas besoin de votre pompe !!!....

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le m'tse 21/12/2014 17:53

Y aurait-il une amicale des Charolais-Brionnais à Paris? Et qu'on n'en sache rien?

serrurier paris 75016 19/12/2014 20:58

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

L'Eric 21/12/2014 19:50

C'est super de vous intéresser à nous, mais j'ai cliqué sur votre lien sans résultat...

L'Eric 19/12/2014 16:34

Ce n'est pas seulement un patois proche du francoprovençal; c'est bel et bien du francoprovençal.
En tout cas le Père Malin n'est pas bien nommé, ol étot pas bié queût, y lu manquot un fagot...

L'Eric 21/12/2014 19:56

"Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. "(Conseil de Guillaume d'Orange, personnage au destin improbable...)

le m'tse 21/12/2014 18:05

Te crâ pas qu'nos san arri des "Père Malin". Nos tsertsan à eucrire du patois (l'aigue) quand y a pu pressonne qu'le cause (le poets)