Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La tseuvre du Père Sguin

16 Décembre 2014 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Textes

La tseuvre du Père Sguin

Fruit du travail de l'Atelier de Patois de Sivignon, avec la participation d'Alphonse Daudet.

 L'père Sguin awot toudze éju bié des maux davo ses tseuvres. Y'étot pareil à tsaque cop :

un biau matin, is cassint leutés lliens, s'abadint dans la montagne, apeu llamònhaut l'loup les mandzot. Ô pouyot bin les apignauder, leu faire pou dave le loup, y-z'y fàyot ren.

L'père Sguin wòyot bin qu'sa tseuvre avot quitsouze, mas ô savot pas ç'qu'y étot...Un dzo, cment ô vnot d'la tiri, la tseuvre s'torna vés lu apeu li dit :

- "Acoutiz, père Sguin, l'temps m'deure vez vos, laichiz m'don corre llamònhaut".

- "Ah, cré vain diou ! Li arri !" Qu'ôl a dit, tot attrapé. Du cop ô laicha tsère so copon ; apeu, s'chitant à cul pllat, à coûté d'sa tseuvre :

- "Cment don, la Bllintse, t'voux parti ?"

Et la Bllintse de réponde :

- "Voui, mon maîte".

- "Te mandzes pas ton saoûl drot-là ?"

- "Oh si père Sguin."

- "T'as pas prou long d'côrde ? T'voux-ti que dz'l'allondze ?"

- "Y'est pas la poueiñne, père Sguin."

- "Alô, qui qu'i t'faut ? qui qu'te voux ?"

- "Dz'voux aller à l'abade llâmònhaut, père Sguin."

- "Mâs, ma poûre chtite, t'sais don pas qu'y-z-y a l'loup llâmont. Qui qu'te fras quand ô va vni ?"

- "Dz'vas l'cornailli, père Sguin !"

- "L'loup s'fout pas mau d'tes côrnes. Ô m'a mandzi des tseuvres qu'avint des vraies côrnes de boquin. T'sais bin, la poûre vieile Rnaude, qu'étot là l'añnée passie ? Eune vaillante, costaude apeu tsarogne cment un boquin. Is s'sant tañnés, dave le loup, tote la neit, apeu à la pique du dzo, ôl l'a mandzie."

- "Ah, la poûre vieile !...Y-z-y fait ren, père Sguin, dz'voux y aller quand miñme !"

- "Vain diou ! mas, qui qu'i'ant don dans la beuille çhtés tseuvres ? Encô eune qu'le loup va m'mandzi. Ah nan...dz'vas bin t'en empêtsi, saloprie ! Dz'vas t'feurmer dans l'écueurie apeu t'vas y rester."

L'père Sguin a pris sa tseuvre, l'a foutue dans l'écueurie, apeu ôl l'a boucllée. Mas, ôl awot pas pensi au caleuron. Ôl awot pas pus tôt torné l'dos qu'la ptiète a foutu l'camp.

 

Au bout du compte, y’awot été eune boñne dzôrnée p’la tseuvre du Père Sguin. Vés les midi, en corrant de drète apeu d'gautse, alle s'est rtrouwée dans eune bande de tsamois que croquint eune veugne sauvâdze à plleiñnes dents. Note ptiète corrateuse fàyot d'l'effet davou sa bllaude tote bllintse. Alle awot peurtot la meilleûre plléce pe mandzi la veugne, apeu tos çhtés môcheus étaint bié cmin faut....

Tot pr un cop l'vent feurdit. La montagne devnot tote violette, y’étot l'sa."Dédza" dit la chtite tseuvre; apeu alle s’arrééita tote seurprise ; en bas, les târres étaint catsies p’la breume. Nos woyot pus l'pâtchi du père Sguin, y'awot pus ren qu’la tseumnée qu’feumot...Alle écoutot les cllotses des bééites que rentrint...alle se chintot tote peurdue. Un çhoutot qu’passot, la teutsa dave ses aules. Alle gueurdalot....

Apeu, alle a acouté heurler llamònhaut : “Hou Hou”...Alle a rpensi au loup; deurant tote la dzôrnée, la beurdine , alle y’awot pas sondzi...achtheûre... Eune trompe côrna dilé en bas :Y’étot ç'poûre Père Sguin qu’essayot d’la faire revni....”Hou, hou” qu'ô faillot l'loup. “Rvins, rvins” soûnot la trompe...La Bllintse arot ben éju envie de s'renvni; mâs en pensant à çtu pau, à çte côrde, au beuchon du pâtchi, alle s’dit qu’achtheûre, alle pourrot pllus se faire à çte vie... i valot maîs dmeurer itié...

La trompe soûnot pus....Derri li...un breut d'brintses. Alle s'est toûrnée apeu alle a vu sos la brondie deux orailles totes drètes,  deux/yeux qu'brillaint...Y’étot l'loup... apeu un biau ! Ô boudzot pas, chité su so derri. Ol ’tot là qu'agadot la ptiète tseuvre bllintse en se rlichant les babines ...Ô sawot ben qu’ô la mandzrot, alô le loup prenot bié so temps. Quand alle s'est tornée, ô s'est mis à ricaner ......"Ha ha! La ptiète tseuvre du Père Sguin, dz't'attendos !" apeu ô passa sa grosse langue rodze su ses babines bavouses.

La bllintse se chintit foutue...Alle rpensa à l’histoère d'la vieile Rnaude que s’étot battue tote la neit dvant d'éte mandzie l’matin ; alle s'est dit qu'i vaudrot pt'éte maîs s’laichi mandzi tot d'suite. Mas nan, tot compte fait, alle a bèchi la tééite, les côrnes en avant cment eune brave tseuvre qu’alle étot. Oh, nan, alle sawot ben qu’alle tuerot pas l’loup...Les tseuvres tuant pas les loups, mâs alle voulot ranque woî si alle pourrot tni autant qu’la Rnaude...

Tot pr'un cop l'loup s’approtse et la tseuvre cmenche à l'cornailli. Ah ! la brave tseuvrette, alle y allot d'bon coeur : maîs d'dix cops alle a fait rcueuler l’loup pe rprende so souffe. A tsaque cop la gormande mandzot encô un mocheau d’hèrbe, d'la boñne hèrbe qu'alle aiñmot tant...apeu, alle rtournot s’batte, dave eune plleiñne gueule d’hèrbe....

Y’a deuré tote la neit. Des cops, la tseuvre du Père Sguin agadot les étoiles qu’beurlutint dans l’cié apeu s'djot : "Oh ! y faut qu’dze teunne tanqu’à ç'qui faille dzo !"

Les eunes après les autes, les étoiles s'tuaint. La Bllintse cornaillot, le loup la gnaquot, y arrétot pas. Apeu...vlà qu'le dzo s'est lvé... un polot tsantot llavau dans eune locatrie. "Y'étot temps !" qu'alle a dit, la poûre bééite qu’attendot renque le dzo p'meuri ; alle s'est coutsie à bas, sa poûre bllaude plleiñne de sang...Alô le loup s'est roûtsi su la ptiète tseuvre apeu ôl l'a mandzie.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article