Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Un cardzot avec Gaston Couté

16 Septembre 2014 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Textes, #Ateliers

Un cardzot avec Gaston Couté

Cette chanson de Gaston Couté a fait l'objet d'une réécriture collective lors du Cardzot

du 11 septembre 2014.

                   L'ENFERMEE



J' vis cheu mes enfants pasqu'on m' trouv' berlaude :
l's m' coup'nt du pain blanc, rapport à mes dents ;
l's m' donn'nt de la soup' ben grasse et ben chaude,
Et du vin, avec deux bouts d' sucr' dedans.
I's font du ben-aise autour de moun âge ;
Mais, ça c'est l' méd'cin qu'en est caus', ben sûr !
l's m'enferm'nt dans l' clos comme eun pie en cage,
Et j'peux pas aller pus loin qu' les quat' murs.

La porte !
l's veul'nt pas me l'ouvri'... la porte !
Quoué que j' leu-z-ai fait, qu'i's veul'nt pas que j'sorte?
Mais ouvrez-la moué don'..., la porte !...

...Hé ! les bieaux faucheux qui part'nt en besogne !
Non ! j' sés pas berlaud'... j'ai tous mes esprits !
J' sés mêm' 'cor solide, et j'ai forte pogne ;
S'i' vous faut queuqu'un pour gerber, v'nez m' qu'ri.
J' voudrais ben aller aux champs comm' tout l' monde ;
J'ai hont' de rester comm' ça sans oeuvrer,
A c'tte heur' qu'i' fait doux et qu' la terre est blonde...
Si vous m' défermez, c'est vous qu'hérit'rez !

...Hé ! mon bieau Jean-Pierr', qu'est déjà qui fauche,
l's dis'nt que j' sés vieill'... mais tu sais ben qu' non :
A preuv' c'est que j' sés 'cor si tell'ment gauche
Que j' fais l' coqu'licot en disant ton nom.
Va, j' nous marierons tout d' même et quand même,
Malgré qu' t'ay's pas d' quoué pour la dot que j'ai !...
Viens-t-en m' défermer, si c'est vrai qu' tu m'aimes,
Et courons ach'ter l' bouquet d'oranger !

Mais... l'galant qu' j'appell'... c'est défunt mon homme...
Mais... les bieaux faucheux... pass'nt pas, de c'temps-là :
Mais... ça s'rait don'vrai que j'sés berlaud' comme
L' s' racont'nt tertous ! I' fait du verglas.
Pourtant, y a queuqu'un qui passe à la porte ?
C'est môssieu l' curé, les chant's et l' bedieau
Qui vienn'nt défermer su' terr' les vieill's mortes
Pour les renfermer dans l' champ aux naviots...

La porte !
On me l'ouvrira ben..., la porte :
L' jour de l'enterr'ment faudra ben que j'sorte...
Vous l'ouvrirez, que j'dis ! ... la porte !

 

Il s'agit donc d'un exercice littéraire, or le tseu n'est pas une langue littéraire, il a fallu emprunter au vieux français et à Gaston Couté quelques mots pour enrichir notre vocabulaire. Nous n'avons pas cherché à conserver la rime, privilégiant l'aspect poétique du texte auquel nous sommes restés fidèles, hormis quelques petites variantes de détail.

Les chiffres placés en exposant renvoient à quelques notes relatives au vocabulaire en général et plus particulièrement à l'orthographe.

 

L'enfeurmée

 

Dz'vis vés mes enfants à cause qu'is m'trouwant beurlaude,

Is m'copant du pain bllanc rapport à mes dents,

Is m'donnant d'la sope bié grasse apeu bié tsaude

Apeu du vin dave deux mocheaux d'suke1 ddans ;

Is fant tot ç'qu'is pouyant vu l'âdze que dz'ai,

Mas, çan-là, y'est l'médcin qu'en est cause, y'est seûr,

Is m'feurmant dans la cô cment eune oyesse en cadze,

Dz'poux pas sorti d'mes quate meûrs.

 

Refrain

La pôrte !

Is volant pas m'l'eûvri çte pôrte !

Qui qu'dz'les ai don fait qu'is volant pas qu'dze sôrte ?

Mas, eûvrez m'la don çte pôrte !

 

Hé, les biaux fautseus2 qu'partant travlli,

Nan, dz'sus pas beurdine, dz'ai tote ma téte,

Dz'sus toudzo solide apeu dz'ai d'la pogne ;

Si vos ez bsoin d'quéqu'un pe dzveller, vnez m'qri3.

Dz'voudros bin aller dans les târres cment tot l'monde,

Ym'fait malice de ren faire

A çhtheure qu'i fait tsaud apeu qu'la târre est bonne.

Si vos m'défeurmez4 y'est vos qu'héritrez !

 

Refrain

 

Hé, mon biau Dzean-Piârre qu'est dédza aprés fautsi,

Is djant que dz'sus vieile, mas t'sais bin qu'y est pas vrai,

Dz'sus enco tote dzeûne apeu pas bin hardie,

Dze fais l'coqlicot5 renque en djant ton nom.

Va, dz'nos marierans tot d'minme maugré tot,

Maugré qu't'as pas d'qua p'la dot que dz'ai.

Vins-don m'défeurmer si y'est6 vrai qu'te m'ainmes

Apeu corrans qri l'bouquet d'oranger7

 

Refrain

 

Mas...l'galant qu'dze tseufe...y'est mòn8 homme qu'est mô...

Mas...les biaux fautseus...passant pas, de ç'temps-là :

Mas...y srot don vrai que dz'sus beurdine

Cment is djant tos. Y'est dzevrûji peurtot.

Peurtant y'a quèqu'un qu'passe la pôrte...

Y'est l'keuré, les enfants d'choeur apeu l'marglli

Que vnant défeurmer su târre les vieiles môrtes

P'les renfeurmer dans l'çhmentîre9.

 

Dernier refrain

La pôrte !

Is vant bin m'l'euvri.

L'dzo d'l'entârrment faudra bin que dze sôrte.

Vos vez bin l'euvri, dz'vos y dis !

 

 

Notes

 

1. Il n'est pas évident d'écrire sucre autrement pour que l'on entende bien le e. Encore une fois le k se montre bien utile.

2. Fautseus avec un s final, l'élision du r ne doit pas avoir d'incidence sur la marque du pluriel. Le pluriel en "eux" sera réservé aux adjectifs.

3. Qri (quérir) pourrait s'écrire qu'ri. Je propose de systématiser la suppression des apostrophes marquant l'élision dans le souci de ne pas faire du patois un "français écorché" car l'élision n'est pas l'exception mais la règle en tseu ; or sans l'apostrophe on obtient "quri", le u doit disparaître.

4. Le verbe défeurmer n'existe pas en tseu, nous l'avons trouvé très beau, construit de la même façon que débeurtaller par exemple et nous avons décidé de l'adopter.

5. Coqlicot : même observation que pour qri (cf. note 3).

6. Si y'est : en français on dirait "s'il est" mais en tseu "si c'est" d'où l'emploi du y' ayant valeur de c'.

7. Nous avons hésité entre oranger et orandzî, le mot français ajoute peut-être au caractère précieux de ce symbole du mariage.

8. Mòn homme avec un accent grave sur le o pour forcer la prononciation du o tout en conservant la liaison. Se lit "mo nhomme" alors que sans cet accent on prononcerait "mon nhomme".

9. Çhmentîre avec un ç pour montrer que d'un bout à l'autre du Tseu on chuinte plus ou moins le "c" de cimetière, allant de çmentîre à chmentîre. Nous n'avons pas retenu "le tsamp de naviots", jolie métaphore de Gaston Couté, dont le sens échappe au Pàys du Tseu, ni Tsamporlain, connu seulement à Sivignon pour désigner le cimetière par le nom du lieu-dit où il est situé.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le m'tse 19/09/2014 10:27

Y é pu guère de mode d'ète enfremé vès sa. Achteûre, t'é arri enfremé; i t'métan en prison d'vant de te tsarràyi tant qu'u tsan d'naviots.....