Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Le champ d'naviots

26 Septembre 2014 , Rédigé par michel lapalus Publié dans #Textes

Le champ d'naviots

Aujourdh'ui, traduction en patois de chez nous d'un texte de Gaston Couté, poète-écrivain mort en 1911 à 31 ans. Il nous dit dans son patois beauceron-orléanais mélangé d'argot parisien, la vie des paysans et des ouvriers du début du 20ème siècle.
Dans "Le champ d'naviots", un paysan pioche sa vigne tout en méditant sur la vie et sur la mort. C'est juste l'endroit. Sa vigne est à coté du cimetière....!

Y a dous patois.Vos alli bin y tradeure en français.

LE CHAMP DE NAVIOTS



L'matin, quand qu'j'ai cassé la croûte,
J'pouill' ma blous', j'prends moun hottezieau
Et mon bezouet, et pis, en route !
J'm'en vas, coumme un pauv' sautezieau,
En traînant ma vieill' patt' qui r'chigne
A forc' d'aller par monts, par vieaux,
J'm'en vas piocher mon quarquier d'vigne
Qu'est à couté du champ d'naviots !

Et là-bas, tandis que j'm'esquinte
A racler l'harbe autour des " sâs "
Que j'su', que j'souff', que j'geins, que j'quinte
Pour gangner l'bout d'pain que j'n'ai pas...
J'vois passer souvent dans la s'maine
Des tas d'gens qui braill'nt coumm' des vieaux ;
C'est un pauv' bougr' que l'on emmène
Pour l'entarrer dans l'champ d'naviots.

J'en ai-t-y vu d'pis l'temps que j'pioche !
J'en ai-t-y vu d'ces entarr'ments :
J'ai vu passer c'ti du p'tit mioche
Et c'ti du vieux d'quater'vingts ans ;
J'ai vu passer c'ti d'la pauv'fille
Et c'ti des poqu's aux bourgeoisieaux,
Et c'ti des ceux d'tout' ma famille
Qui dorm'nt à c'tt' heur' dans l'champ d'naviots !

Et tertous, l'pésan coumme el'riche,
El'rich' tout coumme el'pauv' pésan,
On les a mis à plat sous l'friche ;
C'est pus qu'du feumier à pesent,
Du bon feumier qu'engraiss' ma tarre
Et rend meilleurs les vins nouvieaux :
V'là c'que c'est qu'd'êt' propriétare
D'eun'vigne en cont' el'champ d'naviots !

Après tout, faut pas tant que j'blague,
ça m'arriv'ra itou, tout ça :
La vi', c'est eun âbr' qu'on élague...
Et j's'rai la branch' qu'la Mort coup'ra.
J'pass'rai un bieau souèr calme et digne,
Tandis qu'chant'ront les p'tits moignaux...
Et quand qu'on m'trouv'ra dans ma vigne,
On m'emport'ra dans l'champ d'naviot
s !

Le tsan d’naviots

L’matin, quand dz’é mandzi la sope

Dz’enfeule mon coltin, dz’prend ma meuzète

Ma piotse piate, apeu fau enrailli.

Dz’m’en va, c’man un poure bancalou

En traîn-nant ma vieuille tsambe qu’en pou pu

A force d’modé p’les ts’mins, p’les târres.

Dz’m’en va piotsi mon carré d’veugne

Que dzeugne l’tsan d’naviots.

Pi dilé, depeu l’temps que dz’m’esquinte

A rachyi l’arbe utor des ceupes

Qu’dze boffe, qu’dze guémente, qu’dze teurale

Pe gagni l’taillon d’pain que dz’é pas.

Dze vouâ passi bié des cops, dans la s’min-ne

Du monde que breuyan c’man des viaus ;

Y é un poure bougre qu’nos enmeune

P’l’entârré u tsan d’naviots.

Dz’en é ti vu depeu l’temps qu’dze piotse

Dz’en é ti vu de stés entârrements.

Dz’é vu passi su-là du ch’tit gâ

Pi su-là du viou qu’avo quate cops vint ans.

Dz’é vu passi su-là d’la poure feu-ye

Pi su-là des guindrèles ès mocheus d’la ville

Pi enco su-là de tote ma parenté

Que dreuman achteure u tsan d’naviots

Apeu, teus les târrayons c’man les mocheus

L’mocheu c’man l’poure târrayon.

Nos les a mi à pia sos le pion.

Y é pu qu’un feumi achteure

Du bon feumi qu’endreuze ma târre

Pi qu’fâ méyou l’vin noviau.

V’là qui qu’y é qu’d’ava à sa,

Eune veugne att’nant u tsan d’naviots.

Y fau pas qu’dze vos conte des histouères

Tot san, y va bin éte pre ma éto

La vie, y é un arbe qu’nos sarpe

Dze sré la brantse qu’la mô va copé.

Dze va y passi p’un grand biau sa

Du temps qu’les usiaus tsantran.

L’dzo d’après, dze sré cutsi dans ma veugne

Apeu, i m’portran tant qu’u tsan d’naviots.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article