Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La Poule Bleue

17 Juin 2014 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Textes

La Poule Bleue

Le joli texte de Daniel Brun, de l'Atelier de Patois du Sud Chalonnais, publié dans la revue Traivarses, m'a incité à en faire une traduction fidèle en patois charolais afin que l'on puisse étudier les différences entre ces deux parlers bourguignons.

Voici donc, côte à côte, les deux versions de La Poule Bleue. N'hésitez pas à commenter ce texte, si un mot vous arrête, nous sommes là pour vous le traduire, vous l'expliquer.

La Poule Bleue

 

Patois du Sud Chalonnais

 

Patois Charolais

C'tan-née là les poules étint fégnantes c'ment des harches. Oh ! pas pour fâre des oeufs, parce que dépeu le mois de fevrer o l’erratint pas d'en poudrâilli n'importe lavou, dans les peillers, dans les foineaux, main-me dans les boushions. Mâ o s'décidint pas à grouer.

Un beau jour, la poule bleue s'o mise à glousser, à viri en écartant les aules ... Elle éto courosse ! Yero mien volu qui s'est un' autre, paceque celle-là yeto un' sale bête, gros fantaisiste... Yalo fâre un' mauvase mère. Ma grand-mère l'érot ben trempée dans yeau froide pour la décourosser, mâ d'un aute coûté , elle étot pressée d'aivoir des poulots à vendre ( les poulots du r'nouveau fiant gros d'sous).

Elle a don préparé un nid d'foin dans n'un'casse, elle a miri 18 oeufs d'vant la lampe à pétrole, peu les a pousés dans l'nid, la poule bleue pour dessus. Trop contente la bleue s'o mise à trépigni apeu, en a esquinté dou, trois. Des oeufs foutus, pas question d'en récupérer pour fâre des crêpes ou des ourailles de chat. Le foin étot tout endrouilli. Ma grand-mère jeurot en débadrouillant. Elle a remis les oeufs peu la courosse dans l'nid. Calmée, la bleue s'ot crampée à grouer.

Tous les matins, ma grand-mère y beillot à migi diaure à la pôrte du pouleiller ( d'la pâtée avou du troqui). Mâ elle voulot pas sorti d'sa casse ... Y folle la prendre pour les aules ... Elle craichot, essaillot d'boquer la main de ma grand-mère. Après elle virot autour de la pâtée apeu migeot ran du tout. Pas étonnant, elle avot d'la méchanc'tée plein l'ventre c'te poule bleue. En la r'foutot su ses oeufs... Y a deuré c'ment çan trois semain'nes. Vé la fin ma grand-mère tâche de voir c’qui s'passe ...Elle souleuve la courosse toujours de mauvase humeur, pour prendre quéques' oeufs apeu elle me choupe. Vins voir p'tiot, t'vas écouter les oeufs ! J'entendos les pssins qui beillint des coups de bec, j'en ai main'me entendu un qui pionot so la coquille. Les coquilles s'fendint. Avou son épingle à chignon ma grand-mère écalot les oeufs pour aidit les pssins à épeuilli ... 0 l'étint peuts, tout mous, tout rouges, o gravotint. Vivement en les matot dans n'un boinon pour les pourter so le duvet rouge du lit de ma grand-mère. Là, à couté du poêle o l'étint bien au chaud. Bintot en les entendot pépier.

En sortot l'boinon: miracle ! o l'étint tout r’quinqués, si talment braves avous leu duvet jaune, leu ptiots yeux noirs. J'avos envie d'les prendre mâ, ma grand-mère voulot pas que j'les tartouille, alors elle les a pourtés à leu mère qui gonflot ses aules en craillant, toujours praute à boquer c'te charogne...

C'ment la bleue ain-mot gros pattaler é quatre coins d'la cour ou ben dans l'jardin du voisin, elle l'a mise sos un trion à la quoie sos la charmille à couté du four.

Les pssins passint à travas le grillage mâ allint jamas bien loin. La mère gloussot pour les chouper, vite o r'venint migi quèques grain'nes ou se fâre grouer. Peus un jour, en so éparçu que dans la couée des pssins yen avot un beurot, cosi noir. La poule bleue en voulot point. Elle y beillot des coups de bec, elle y empôchot de migi, elle le bouriaudot quand o vnot se fâre grouer. En peut pas le laishi vé sa mère, elle va' l'tuer ou ben o va crever de froid ou de faim... Mâ quoi fâre ?

En l'a empourté à la cuisine, mis sos le poêle dans n'un'casse. Un'fois blotti la d'dans, o pépiot tout content. Quand ma grand-mère traveillot diaure ou tirot les vèches, je prenos le pssin, j'le matos au mitan d'la cuisine a peu j'me stos en tailleur sus les pavés. 0 venot vé moi pour se fâre grouer.

Un beau jour ma grand-mère a découvri not' manège mâ ! Elle m'a pas engueulé parce que le pssin s'pourtot bien à peu qu'o m'ain-mot bien. 0 m'suvot partout c'ment un p'tiot chien. J'le prenos su mes genoux, o migeot des grains d'riz dans ma main. Son p'tiot bec me flot des chatouilles. Jamas pssin n'a été si talement ébaudit...

 

 

Çt'añnée là les polaîlles étint fainiantes cment des hêçhes. Oh, pas p'fâre des ûs, vu qu'dépeu l'mâs d'févrî i'arrétint pas d'en ébodraîlli peurtot, dans les paillîs, dans les fnaux, miñme dans les beuchons. Mâs is s'décidint pas à grouer.

Un dzo, la polaille blleuse s'étot mis à clloqter, à viri en écartvallant les aules...Alle 'tot grouèche ! I arot mais valu qu'y sat eune aûte, paçque çhti-là y étot eune sale béte, eune vraie denrée...Y'allot fâre eune mauwaise mère. Ma grand-mère liarot bin trempé l'cul dans ll'iau feurde p'la dégrouer, mâs d'un aute coûté, y lu fayot faute d'awoî des polots à vende (les polots du rnoviau fayant gros d'sous).

Alle a fait un nid d'foin dans eune caisse, alle a miri 18 ûs dvant la lampe à pétrole, apeu alle les a pousés dans l'nid, la polaille blleuse par dessus. Trop contente, la blleuse a cmenchi à tot rveuilli, alle en a esquinté doux-trâs. Les ûs foutus, s'agissot pas d'les rprende pe fâre des matefaims obin des bugnes. Le foin étot tot endrouilli. Ma grand-mère morgonnot en débadroïllant ; alle a rmis les ûs p'la grouèche dans l'nid. Amoudérée, la blleuse s'est crampée à grouer.

Tos les matins, ma grand-mère lu baillot à mandzi djhôrs, à la pôrte du polailli d'la pâtée davo du troqui). Mâs alle voulot pas sorti d'sa caisse...I fallot la prende p'les aules...alle cratsot, alle essayot d'bocquer la main d'ma grand-mère. Aprés alle virot autor d'la pâtée apeu alle mandzot ren du tot. Pas étonnant, alle avot d'la chtitté pllein l'vente çte polaille blleuse. Nos la rfoutot su ses ûs...Y'a deuré cment çan trâs smaiñnes. Vés la fin, ma grand-mère a tâtsi d'woî ç'qui s'passot...Alle a lvé la grouèche toudze en pétard peu prende quéques ûs apeu alle m'a tseuffé. Vins woî ptchot, t'vas acouter les ûs ! Dz'entendos les pions que baillint des cops d'beuc, dz'en ai miñme entendu un que piounot sos la crûje. Les crûjes s'fendint, davo sòn épiñglle de tsignon ma grand-mère écalot les ûs p'adzuer les pions à épuilli...I'étint peuts, tot mous, tot rodzes, is gueurdalint. Vitement dz'les ans mis dans un bannon (corbeille de paille tressée reliée par des lanières de ronces) p'les porter sos l'édeurdon du llet d'ma grand-mère. Là, à coûté du poêle i'étint bié au tsaud. D'achtôt nos les acoutrans péplli.

Quand nos ans sorti l'bannon, mirâclle ! I'étint tot rquinqués, tant braves davo leu duvet dzaune, leus ptchots yeux nas. Dz'enradzos d'les prende mâs, ma grand-mère voulot pas que dz'les tartoïlle, alô, alle les a portés à la grouèche que fayot boffer ses aules en kignant, toudze préte à bocquer, çte tsarogne...

Cment la blleuse aiñmot bié pataçhi és quate coins d'la co obin dans l'dzardin du woisin, alle l'a foutue sos eune piounîre au coûte sos la tsarmille, à coûté du fô.

Les pions pòyint sorti du peurson (keurnet Brio..) mâs i'allint pas bié loin. La grouèche clloqtot p'les tseuffer, d'achtôt is rvenint mandzi quéques graiñnes obin pe s'faire grouer. Apeu un dzo, dz'ai vu qu'entremi tos les pions, y-z-y en avot un beurot, quasiment na. La polaille blleuse en voulot pllus. Alle lu foutot des cops d'beuc, alle l'empêtsot d'mandzi, alle le boriaudot quand ô vnot s'fâre grouer. Nos pout pas l'laichi vés sa mère, alle va l'tuer obin ô va crever d'freud o d'faim...Mâs qui qu'nos pout fâre ?

Nos l'ans emporté dans la maijon, mis sos l'poêle, dans eune caisse. Eune fois beutté là ddans ô pépiot tot content. Quand ma grand-mère travllot djhô obin quand alle tirot les vatses, dz'prenos l' pion, dz'le mettos au millieu d'la piéce apeu dz'me chitos à cul pllat sur les dalles. Ô vnot vés ma pe s'fâre grouer.

Un dzo ma grand-mère nos a seurpris, mâs alle m'a ren dit vu que l'pion s'portot bié apeu qu'ô m'aiñmot bié. Ô m'suivot peurtot cment un ptchet tsin. Dz'le prenos su mes dzneux, ô mandzot des grains d'riz dans ma main. Son ptchot beuc me fàyot des dzaillots. Dzamais pion n'a été si tellement hureux .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article