Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

La vatse u Touâne / La vache d 'Antoine

30 Mai 2014 , Rédigé par Michel Lapalus Publié dans #Textes

La vatse u Touâne / La vache d 'Antoine

C'man tot les sam’di matin, à la pique du dzo, l’Touâne pianto eune grande pancarte su le ts’min que meune tant qu'vés lu. « La vatse u Touâne ; eune vatse c'man vos en avi enco dzamé vu »

Comme tous les samedi matin, dès l’aube, Antoine installait un panneau à l’entrée du chemin qui mène jusque chez lui ; « La vache d’Antoine, une vache comme vous n’en avez encore jamais vu ! »

Sa feune, la Maria, preno sa tsire, eune ch’tite traub-ye, pi al allo s’mète u sayo, dredilé u fond d’la co. …15 euros p’les grands, 6 euros p’les ch’tits.. Bin yé pas donné pe voua eune vatse !! Ma fau s’qu’i fau ; nos a ran sans ran !

Marie, sa femme, prenait sa chaise et une petite table pour aller se mettre au portillon, là-bas, à l’entrée de la cour…15 euros pour les grands, 6 euros pour les enfants…Un peu cher, pour voir une vache !! Mais tant pis, on n’a rien sans rien !

Y en vin du monde, pi de loin ; al é cognu man l’loup bian la vatse u Toine. Fau bin dère qu’y é pas eune vatse man les autes. Sondzi don, y é eune vatse qu’a dous cornes, que mandze ran qu’de l’èrbe, pi qu’a son viau qu’la teûte ; un viau qu’é pas détreuyi quaziman grou c’man sa mére ! Eune vatse tote soule davu son viau dans l’sagné dri la maison, y é bin quètsouze !! Fau dère qu’achteure y a pu de sagné d’rri les mézons, y a pu qu’des hectares apeu des hectares.... de troqui !

Les gens viennent de partout ; sa vache est connue comme le loup blanc. Il faut dire que ce n’est pas une vache comme les autres. Songez un peu, c’est une vache avec deux cornes, une vache qui mange de l’herbe, qui allaite son veau ; un veau qui n’est pas encore sevré alors qu’il est presque aussi gros que sa mère ! Une vache toute seule avec son veau, dans le pré derrière la maison, c’est pas croyable !! Il faut remarquer que maintenant, souvent le pré derrière la maison a disparu, il n’y a plus que des hectares et des hectares de maïs … !

Quouâ don qu’ol avo pu trové un animau pareuil, l’Toine ? Pressonne y savo .

Vos alli dère qu’tot san y é des contes pas possib-ye, qu’les vatses biantses san u pâquis davu leus viaus. Y é seûr, ma les vatses qu’an du lait…pu d’viau, pi qaziman pu d’èrbe !

On se demande où Antoine a bien pu trouver cette drôle de vache ? Personne n’en sait rien !

Vous allez penser que tout ça est mensonge et que les vaches charolaises sont au pré avec leurs veaux. C’est vrai, mais pour les vaches laitières, c’est bien différent ; pas de veau, presque plus d’herbe, que du maïs et du soja (d’Amérique du Sud,sauf chez les bios , bien sûr !!)

Y é pre san que le monde v’nan vouâ la vatse u Touâne…. !! Ma leuille, al vodro bin rindzi à l’ombraille…

La vache d’Antoine se demande pourquoi, certains jours, tant de gens la regardent. Mais elle voudrait bien ruminer tranquillement à l'ombre…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le m'tse 01/06/2014 17:40

La vache sans cornes, le cochon et la poule sans soleil, la maison sans jardin...et ses habitants sans patois....Va bin falla qu'y tsandze!! Un dzo!!!

philae 31/05/2014 20:30

intéressant

Olivier de Vaux 31/05/2014 13:30

L'Toîne, ô s'doute pas qu'y'est lu que l'monde vindra dachtôt zieuter, tant des gârs cment lu dvenant des denrées qu'nos trouve pllus nulle part.

L'Eric 31/05/2014 09:57

Autrefois les vaches regardaient passer les trains, aujourd'hui ce sont les passagers qui regardent les vaches comme s'il s'agissait de "bêtes curieuses".