Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le pays du Tseu

Fabuleux fabliaux

21 Janvier 2014 , Rédigé par Olivier Chambosse Publié dans #Textes

Fabuleux fabliaux

Les deux vers

Cette fable est sans doute à attribuer à Mme Marie Didier de Varennes-sur-Allier ; je l'ai retranscrite en patois charolais, ce qui nous donne l'occasion de comparer les deux parlers, bourbonnais (à gauche) et charolais (à droite). Ne comptez pas les pieds, ne cherchez pas les rimes, c'est une traduction à la volée, collant au plus près au texte original, sans prétention aucune.

                         Les deux vrecos                                    Les deux veurtiaux

 

Dans un' allée d'nout' jardin

Un soir de jin à la nuit nouère

Deux ch'tits vrecos, qu'essian cousins

S'expliquian, à ieu mangnière...

 

L'var luisant teno sa chandelle

Su un gentil plant d'réséda

Quant v'la son cousin qu'l'appelle

L'vreco d'tarre, qu'esso en bas,

 

Que sorto sa tête d'un pretu

"Cousin trop biau, l'monde viyon qu'toué

Presoune enquière m'a apreçu...

T'éclaire mieux ta route que moué...

 

T'reste luisant même sous la pleu...

Tant qu'c'é qu't'éteindra ta lumière ?

Quand don qu't'perdra ton feu

Pé qui viye pu ma misère ?...

 

Dame ! sans te, i souffrirun pas...

I m'trouverun héreux dans mon sort

Mais c't'aleur qu'é trejou là

Et qu'brille chaque nuit aussi fort !

 

-A cou moument, ou passe un ch'tit gâ

Qu'mé l'var luisant sû son capiau

"Aghieu cousin... i m'en va...

Ou ma rin valu d'ête trop biau !

 

Le gâ qu'm'empourte s'appeul Destin,

L'où qui m'emmeune ? I sa pas trop...

Qu'a siye mâ soul d'moué, demain

A m'écras'ra d'ssous son sabiot..."

 

L'vreco d'tarre qu'avo comprenu

S'a vite cougna dans son pretu.

Dans eune tsallée d'nout' dzardin

Un sa de jun à beurant neit

Deux chtits veurtiaux, qu'étint cousins

S'espyiquint, à leu maniére...

 

L'varloupiot tnot sa tsandeulle

Su un brave pyant d'réséda

Quand vla so cousin que l'tseufe,

L'var de târre, qu'étot en bas,

 

Que sortot sa téte d'un peurtus :

"Cousin trop biau, les mondes wàyant qu'ta

Peursonne enco m'a apercevu...

T'éclares mais ton tsmin qu'ma...

 

Te restes lûjant miñme sos la pyou...

Quand qu'y'est qu'te tueras ta yemîre ?

Quand don qu'te peurdras ton fû

Peu qu'nos woiye pus ma misére ?...

 

Dame ! sans ta, dze seuffriros pas...

Dz'me trouvros heureux d'mon sôrt

Mas ç'beurluton qu'est toudzo là

Apeu qu'lut tsaque neit tant fôrt !"

 

Tot pr'un cop, y passe un ptiet gârs

Qu'met l'varloupiot su son tsapiau

"Adiou cousin...dz'm'en vas...

Y m'a ren valu d'éte trop biau !

 

Le gârs qu'm'empôrte s'appeule Destin

Quoî qu'ô m'emmeune ? Dze sais pas trop...

Suffit qu'ô sat soul d'ma, dmain

Ô m'ébeuillera sos son chabot..."

 

L'var de târre qu'avot compernu

S'est d'achtôt beutté dans so peurtus.

 

Et puis, c'est l'occasion d'appeler un chat un chat et un ver luisant un lampyre, Un petit tour sur ce site vous éclairera, si, tout comme moi, vous n'êtes pas des lumières.

http://www.dinosoria.com/ver_luisant.htm

et puis si vous êtes curieux d'en savoir un peu plus vous pouvez aller voir ici :

http://www7.inra.fr/opie-insectes/mi-phosphorescence.htm

le dernier paragraphe de cet article de 1819 vous récompensera de vos efforts.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article